Tourisme de luxe : L’événementiel à Marrakech Des millions de dirhams à la clé

La cité ocre est la destination de événementiel de luxe par excellence au Maroc. Les infrastructures hôtelières de luxe, la forte connectivité aérienne et les prix plus abordables qu’en Europe attirent mariages féeriques et événements privés et corporate prestigieux.

Depuis la Cop 22, Marrakech est dans les radars internationaux des milliardaires européens, américains et asiatiques qui privilégient ses palaces, ses jardins, son art culinaire, ses racines orientales et son climat ensoleillé et doux pour leurs fêtes de mariage, leurs événements privés et Corporate… Après le mariage du fils du milliardaire libanais Najib Mikati à Marrakech en 2015 où plus d’un millier de personnes étaient conviées et la fête d’anniversaire de Madonna en août 2018 à Marrakech, Marc Asry, le milliardaire américain d’origine marocaine fête, à son tour, ses 60 ans le 30 septembre 2019. Natif de Marrakech, M. Asry choisit d’y souffler sa 60e bougie en compagnie de Bill et Hillary Clinton, ainsi que 300 personnalités. «L’arrivée de plusieurs marques hôtelières prestigieuses à Marrakech ainsi que les boutiques hôtels et les relais châteaux ont permis à la destination de monter en gamme. Nous assistons, depuis 2016, à une croissance sans précédent de l’activité événementielle. Plusieurs hôtels sont privatisés, des avions sont affrétés. Les clients vont de la famille royale de Suède aux oligarques russes, aux milliardaires israéliens en passant par les artistes et les stars mondiales… Les grandes marques internationales de haute couture, haute joaillerie et automobile s’intéressent également à Marrakech où elles organisent plusieurs événements prestigieux avec de grandes retombées pour la ville. A titre d’exemple, l’évènement Dior organisé dans la ville a permis d’atteindre un milliard de personnes dans le monde grâce à la presse et aux relais de l’événement dans les réseaux sociaux», déclare Brice Jukowicz, fondateur et directeur général de l’agence événementiels Event Management. Marrakech est devenue une destination que «le gotha mondial» souhaite visiter.

Les hôtels privatisés se plient en quatre pour servir leurs hôtes

Ce tourisme évènementiel où la durée moyenne de séjour est de 3 jours, a des retombées locales en terme d’hôtellerie, de restauration, de transport et de décoration personnelle. Si le Palais Namaskar (41 clés) pourrait être privatisé à partir de 350 000 DH/jour, le Royal Mansour proposerait un prix plus onéreux grâce à ses 53 riads dont le prix de location est situé entre 10 000 et 30 000 DH/jour (selon la catégorie). Avec ses 200 suites, qu’elle facture entre 6 400 à 11 200 DH/nuit, La Mamounia a, à son tour, été privatisée par des entreprises ou des privés qui y ont mis le prix. Le Fairmont Royal Palm (134 chambres), localisé au cœur d’un domaine de 231 hectares de jardins, a ainsi été privatisé à de nombreuses reprises pour l’organisation d’événements grandioses. «Nous avons notamment accueilli plusieurs groupes dans le cadre de mariages (des célébrations s’étendant parfois sur 4 jours à une semaine). Nous disposons de grands espaces verdoyants au sein desquels nous pouvons organiser tous types d’événements. Nous faisons au mieux pour répondre aux attentes les plus démesurées de nos clients», déclare Afif Salibi, directeur du Fairmont Royal Palm Marrakech. Les retombées de l’évènementiel ne sont donc guère négligeables. Marrakech plaît et convainc grâce à des atouts géographiques, climatiques et de l’infrastructure.

Un développement de l’art et de la culture souhaité

«La proximité géographique à trois heures des capitales européennes, le climat, le dépaysement à des prix moins élevés qu’en Europe, les infrastructures aéroportuaires, routières, ferroviaires et hospitalières ainsi que l’hôtellerie haut de gamme moins chère que les palaces et la sécurité ont aidé ce développement de l’événementiel», précise M. Jacubowicz. En outre, la destination a aussi élargi son offre touristique. Au-delà des jardins, des bains de vapeur et des souks, la ville ocre se positionne aussi comme destination d’art contemporain. «Les musées et l’art haut de gamme contribuent à attirer les voyageurs les plus riches», a déclaré Reynaud du Oxford Business Group. «Les touristes peuvent visiter des galeries et acheter des œuvres d’art à des prix raisonnables par rapport à Londres, New York et Paris». «Si la sécurité est assurée, le luxe d’aujourd’hui peut se frotter à la réalité de la place Jamaa El Fna et des souks de la Médina», remarque M.Othmane Chérif Alami, président d’Atlas Voyages. En tout cas, ce tourisme est en pleine croissance. Encore faut-il accompagner son développement par une promotion de la destination auprès des cibles potentielles. Pour ce faire, Chérif Alami propose la facilitation des investissements pour améliorer les infrastructures, les palaces et riads de luxe. «Il faudrait également apporter de l’innovation dans les activités, les excursions, le MICE et des offres à meilleure valeur ajoutée», renchérit-il. Les professionnels souhaitent également une amélioration des services de connectivité et de digitalisation.

Tourisme de Luxe
Tourisme de Luxe

 

Les compagnies de jets privés se développent grâce au business de l’étranger
Les compagnies de jets privés
se développent grâce au business de l’étranger

 

Lire aussi :  

Tourisme de luxe : une niche à fort potentiel

Les destinations les plus prisées du tourisme de luxe

Les destinations d’avenir du tourisme de luxe

Tourisme de luxe : Les activités les plus appréciées sont parfois les plus simples

Tourisme de luxe : Entretien avec Hamid Bentahar, Président du CRT de Marrakech-Safi