SUIVEZ-NOUS

Au Royaume

Stratégies forêts du Maroc : Lancement à Kénitra de la campagne nationale de reboisement

Le coup d’envoi de la campagne nationale de reboisement 2023-2024 a été donné, mercredi, dans la commune rurale d’Oulad Bourahma relevant de la région Rabat-Salé-Kénitra.

Publié le


Mis à jour le

Cette campagne vient consolider les acquis réalisés dans le cadre de la stratégie “Forêts du Maroc 2020-2030”, notamment en matière de reboisement et de régénération des régions. Elle s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du programme de reboisement qui vise, à l’horizon 2030, la plantation à l’échelle nationale d’une superficie totale de 600.000 hectares. Ce programme sera réalisé progressivement avec une augmentation graduelle des superficies plantées pour atteindre 100.000 hectares en 2030.

Un ensemble de réformes concernant les travaux de reboisement a été adopté. L’Agence Nationale des Eaux et Forêts (ANEF) a mis en place des marchés-cadre pluriannuels de fourniture de plants pour permettre aux entreprises forestières de planifier leurs investissements en s’appuyant sur des techniques de production modernes garantissant une meilleure qualité des plants. Ce nouveau système permettra l’évaluation des travaux sur plusieurs étapes pour éviter, à l’ANEF, les reprises d’échecs.

« Ce lancement, qui coïncide avec les récentes précipitations dans le Royaume, est l’occasion de s’arrêter sur les réformes qu’a connues le secteur, qui s’appuie sur des semences forestières de haute qualité a indiqué Abderrahim Houmy, directeur général de l’ANEF.

Il a également mis l’accent sur la nécessité de réussir l’opération de plantation, en particulier dans cette pépinière forestière située dans la province de Kénitra. Pour ce qui est de la région de Rabat-Salé-Kénitra, le programme de reboisement concerne 50.000 ha. Il est ainsi prévu la plantation de 2.000 ha avec différentes espèces forestières.

S’agissant de la gestion des pépinières comme facteur réussite des opérations de boisement, l’agence a adopté une nouvelle technique qui utilise un sol spécial appelé “tourbe”, avec l’adoption d’un nouveau modèle de production de plants, dans le but d’impliquer le secteur privé et d’éviter l’échec du processus de production, tout en assurant la continuité de l’approvisionnement en plants de qualité dans les zones en cours de boisement. Ainsi l’Agence prévoit de produire 500 millions de plants de différentes variétés forestières pour couvrir les besoins du programme de boisement tel que stipulé dans la stratégie.

Pour accompagner cette réforme, un programme de professionnalisation, de sécurisation et de gestion des semences forestières a été instauré pour, d’une part, garantir une souveraineté verte et assurer la traçabilité génétique du patrimoine forestier national et pour permettre, d’autre part, la réussite des reboisements.

Pour ce faire, un plan d’action visant à sécuriser, surveiller et gérer de manière durable les 104 sites semenciers des espèces autochtones répertoriées (cèdre, chêne liège, arganier, thuya,…) a été élaboré. Une première phase de ce plan a concerné 15 sites semenciers liés à la forêt de chêne-liège de la Maâmora, avec un budget global de 12,5 millions de dirhams.

Pour la région de Rabat-Salé-Kénitra, le programme de fourniture de plants forestiers à l’horizon 2030 prévoit la production de 40 millions de plants. Pour la campagne 2023-2024, les besoins sont estimés à 1,8 millions de plants.

Il est à souligner que le programme de régénération de chêne liège a été reporté en raison de la faible production de glands de chêne liège due aux conditions climatiques difficiles de ces dernières années.

Quant à la campagne 2024-2025, toutes les dispositions techniques et financières sont engagées pour la réalisation de 7.000 ha, dont 3.400 ha de régénération de chêne liège. Conformément à l’un des axes majeurs de la stratégie “Forêts du Maroc 2020-2030”, l’ANEF veille à l’implication effective des usagers des forêts dans toutes les étapes de la planification et de la mise en œuvre, selon un nouveau modèle de l’approche participative.

A cet effet, des incitations financières, s’élevant à 7 millions de dirhams pour cette campagne, sont également mises en place pour compenser 18 associations de la région Rabat-Salé-Kénitra qui regroupent 2.124 éleveurs. Il s’agit des associations qui seront impactées par la restriction d’usage des pâtures au niveau des périmètres mis en défens et qui assureront la surveillance de 11.560 hectares de périmètre de reboisement.