SUIVEZ-NOUS

Culture

Tbourida: Et c’est parti pour le 23e Trophée Hassan II des arts équestres traditionnels

Les éliminatoires se disputeront durant quatre jours avec la participation de dix-huit Sorbas Seniors (âgés de 17 ans et plus) et six Sorbas Juniors (âgés de 12 à 16 ans). Les phases finales sont prévues samedi et dimanche pour déterminer la Sorba qui remportera le titre de cette édition.

Publié le


Mis à jour le

La 23e édition du Trophée Hassan II de Tbourida, Championnat du Maroc des Arts équestres traditionnels, organisé par la Fédération Royale marocaine des sports équestres (FRMSE), sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, a démarré lundi à Dar Es Salam à Rabat.

Les éliminatoires se disputeront durant quatre jours avec la participation de dix-huit Sorbas Seniors (âgés de 17 ans et plus) et six Sorbas Juniors (âgés de 12 à 16 ans). Les phases finales sont prévues samedi et dimanche pour déterminer la Sorba qui remportera le titre de cette édition.

Les 18 sorbas qualifiées chez les seniors représentent les régions de Marrakech-Safi (Safi-Youssoufia), Béni Mellal-Khénifra (Béni Mellal), Dakhla-Oued Eddahab (Oued Eddahab), Guelmim-Oued Noun (Guelmim), Daraça-Tafilalet (Ouarzazate), Rabat-Salé-Kénitra (Skhirat-Témara-Salé 2), l’Oriental (Taourirt-Oujda Angad 2-Guercif) et Casablanca-Settat (Settat 2-El Jadida-Nouaceur-Casablanca).

Ces sorbas se sont qualifiées à ce prestigieux évènement suite aux concours régionaux et interrégionaux, organisés en février dernier et début mai dans les différentes villes du Royaume, en partenariat avec la Société Royale d’Encouragement du Cheval (SOREC).

Les compétitions équestres traditionnelles débutent par un passage de la “Sorba” menée par le “Moqqadem” pour saluer le public, avant de revenir à la ligne de départ pour s’élancer dans une belle course durant laquelle les cavaliers montrent leurs talents, dans le but de maîtriser leur monture et leur fusil. Au signal donné par le “Moqaddem”, généralement le plus âgé de la “Sorba”, les cavaliers doivent appuyer sur la gâchette de leurs fusils, car le succès de la “Tbourida” dépend de la simultanéité des tirs.

Les “Sorbas” sont notées selon des critères fixés par les juges de la Fédération Royale marocaine des sports équestres, et qui prennent en compte l’unité des mouvements des cavaliers, le rythme du galop, le mouvement des fusils, le timing du tir, la tenue traditionnelle et la selle. Les cavaliers sont également notés sur le degré de coordination et de communication, la maîtrise du cheval, ainsi que l’allure générale du cavalier et de son cheval.

Les cavaliers tiennent à porter la tenue traditionnelle composée de la “Jellaba”, du “Salham”, du “turban”, et des chaussures hautes et portent le poignard et le fusil orné de décorations et de gravures. La selle, confectionnée par des artisans, est décorée par des dessins et des broderies reflétant le patrimoine marocain authentique, met en valeur la beauté du cheval et de son cavalier et montre sa position sociale au sein de sa tribu.

La 22e édition de ce trophée avait été remportée, chez les seniors, par la Sorba du Moqaddem Harit El Yousfi (région de Casablanca-Settat). La reconnaissance de la Tbourida sur la liste du patrimoine immatériel de l’UNESCO en 2021 conforte la dimension symbolique de cette pratique équestre séculaire.