SUIVEZ-NOUS

Pouvoirs

Le Suriname réaffirme son soutien à la souveraineté nationale et au plan d’autonomie du Maroc

La république du Suriname a réitéré sa position en faveur des principes internationalement reconnus du dialogue et du règlement pacifique des différends dans le cadre de la souveraineté et de l’intégrité territoriale du Maroc.

Publié le

Le Suriname a exprimé, à New York, son soutien à la souveraineté nationale et à l’intégrité territoriale du Maroc, ainsi qu’au plan d’autonomie présenté par le Royaume pour résoudre le différend régional autour du Sahara.

«La République du Suriname reconnaît la souveraineté du Royaume du Maroc sur ses provinces du Sud», a souligné le Représentant permanent du Suriname auprès de l’ONU, l’ambassadeur Sunil Algram Sitaldin lors de la session ordinaire du Comité des 24 des Nations Unies (10-21 juin), affirmant que le plan d’autonomie demeure l’unique cadre pour parvenir à une solution juste et équitable à ce différend régional.

Il a réitéré la position de principe du Suriname en faveur des principes internationalement reconnus du dialogue et du règlement pacifique des différends dans le cadre de la souveraineté et de l’intégrité territoriale du Maroc, tout en saluant les efforts du Royaume pour trouver une solution politique à ce conflit artificiel. Le diplomate s’est félicité en outre de l’engagement du Maroc en faveur de la stabilité régionale et ses efforts pour promouvoir le développement socio-économique de la région.

Il a par ailleurs salué les efforts de l’Envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU pour le Sahara marocain, Staffan de Mistura visant à faciliter la relance du processus politique sous les auspices exclusifs du Secrétaire général, y compris ses visites à Rabat, Alger et Nouakchott et les consultations informelles qu’il a eues notamment avec le Maroc, l’Algérie, la Mauritanie et le “polisario”.

Le Suriname a, de même, invité toutes les parties prenantes à s’engager dans un dialogue substantif sous les auspices des Nations Unies pour avancer vers le règlement durable et pacifique du différend régional autour du Sahara marocain.