L’accompagnement des établissements dans l’employabilité des jeunes reste faible

Avis de Youssef El Hammal Fondateur du groupe YM Africa.

Nous avons pu tirer plusieurs enseignements à travers l’enquête. Le premier est qu’aujourd’hui beaucoup d’entreprises sont en phase de capacité ou non d’avoir une résilience pour faire face à cette crise et ceci dépend largement du capital humain et talents dont dispose l’entreprise avant de vivre une telle expérience.
L’enseignement reste l’indispensable accompagnement dont doivent bénéficier à la fois les entreprises et les jeunes étudiants, qui, rappelons-le, ont des prédispositions pour aider les entreprises aux changements permanents.
La crise a permis également aux entreprises de généraliser le télétravail, ce qui a contribué largement à améliorer la qualité de vie des collaborateurs, à rendre l’emploi plus accessible, à contribuer à l’inclusion des personnes et surtout à élargir le bassin de l’emploi aux régions enclavées.
Cependant, le côté moins reluisant de l’enquête est que le rôle de l’accompagnement des établissements dans l’employabilité des jeunes reste faible. En effet, plus les étudiants sont accompagnés par leurs établissements dans leur recherche d’opportunité et de stage, plus leurs chances d’intégrer le marché de l’emploi sont importantes. Seulement 2% des lauréats du public ont été accompagnés par leur établissement contre 28% pour ceux du privé. Conséquence : seuls 8% des contrats de travail des jeunes lauréats des établissements publics ont été maintenus en ces temps de crise contre 20% pour ceux du privé.
Malheureusement, bon nombre d’écoles et établissements ne sont pas ouillés en termes de technologie pour pouvoir faire le suivi des stages et insertion professionnelle des lauréats.
Certains établissements se sont également dotés de career center ces dernières années et je pense que leur rôle est plus que jamais important dans l’accompagnement des jeunes.
Les six prochains mois seront difficiles et je pense qu’il faut davantage rassurer les jeunes, les mettre en éveil, renforcer leur employabilité…
Les jeunes en quête de stage ou de recherche d’emploi peuvent toujours saisir l’occasion pour renforcer leur soft skills, s’améliorer dans les langues ou dans les nouvelles technologies.
Enfin, il est également important d’accorder une attention particulière aux TPE et PME pour amortir le choc sur le marché de l’emploi. Ceci est d’autant plus important que ces catégories d’entreprises constituent le moteur de l’économie nationale. Ce qui leur confère un rôle systémique dans l’équilibre économique et social du Maroc.

Lire aussi : 

L’employabilité des jeunes fortement impactée par la pandémie