Je suis trop dans l’hyper contrôle !

Je suis en permanence sur la brèche avec mon équipe. Je veux tout savoir, tout contrôler et surtout tout décider ! Je me rends bien compte que ce mode de management n’est pas viable.
Une discussion franche et sincère avec un de mes collaborateurs m’a réellement aidé à  prendre conscience que je devrais changer cela. Maintenant, plus facile à  dire qu’à  faire…

Vous avez déjà fait un grand pas : prendre conscience qu’il y avait un problème et que vous en étiez en grande partie responsable. C’est une condition indispensable dans un processus de développement personnel, sans elle, rien ne pourrait être changé. Aussi bravo à vous ! Maintenant, vous inscrire dans un processus de changement d’attitude n’est pas la chose la plus… contrôlable du monde.

Hyper contrôle, confiance et délégation

Vous n’êtes pas tombé dans la «marmite» de l’hyper contrôle par hasard. Votre passé historique y est certainement pour beaucoup et donc  votre personnalité.
Posez-vous les questions suivantes : qu’est-ce que je veux aujourd’hui ? Tout contrôler ? Qu’est-ce que cela apporte à mon travail ? Qu’est-ce que cela m’apporte ? Est-ce que je contrôle vraiment tout au contraire, est-ce qu’en étant dans cet excès permanent ce sont les évènements qui ont pris le contrôle sur moi ?
Il est évident que pour baisser la pression, vous devez aujourd’hui vous mettre à vraiment déléguer !
La notion de confiance dans un processus de délégation est fondamentale car elle déterminera si vous allez déléguer des tâches ou des responsabilités ! Dans le premier cas, vous vous adressez à votre collaborateur comme un simple exécutant (et devrez tout contrôler comme par le passé), alors que dans le second vous traiterez avec une personne responsabilisée sur un objectif à atteindre ! Pour faire confiance à une personne il faut d’abord avoir confiance en son propre jugement. A savoir, être conforté dans son choix : «J’ai identifié Ahmed pour mener à bien ce projet, et je l’ai fait car je sais que Ahmed a les compétences qu’il faut». Mais que savez-vous d’Ahmed ?  Vous êtes-vous intéressé à son parcours professionnel et académique ? En avez-vous eu seulement le temps ? Aussi, rapprochez-vous de votre équipe, apprenez à mieux la connaître et à découvrir tous ses talents !
Nous nous entourons de collaborateurs compétents parce que justement nous ne possédons pas toutes les compétences du monde. Acceptez que votre équipe atteigne l’objectif que vous lui avez fixé en procédant différemment de vous. Soyez le capitaine du bateau, fixez la direction et laissez chaque membre de l’équipage faire son travail à sa façon.

Créez un engagement personnel

Durant une semaine, notez toutes les tâches que vous faites sans en omettre aucune. A la fin de la semaine, prenez un bon moment pour identifier celles que vous auriez pu déléguer et celles que vous étiez le seul à pouvoir mener à bien. Laissez passer quelques jours puis revoyez cette liste pour la corriger le cas échéant. Puis, chaque semaine, déléguez une des tâches identifiées à la bonne personne. Au bout de 2 ou 3 mois, vous devriez vous apercevoir que votre volume de travail aura baissé mais aussi que votre équipe sera plus motivée car réellement responsabilisée.
La nature a horreur du vide. Dès qu’elle le rencontre, elle se précipite pour le combler. Aussi, dès maintenant, identifiez une activité professionnelle et une autre personnelle dans lesquelles vous allez vous engager fermement. Cela peut être un sport et pourquoi pas le développement d’une nouvelle activité dans votre entreprise ou un nouveau pays ? Peu importe pourvu que cela vous intéresse vraiment et vous amène à lâcher du lest vis-à-vis de votre équipe.
Vous verrez qu’au bout de quelques mois, de petites victoires apparaîtront au sein de votre équipe mais la plus belle sera certainement celle que vous aurez gagnée pour et sur vous-même n
A vous de jouer !