Je n’arrive pas à  évoluer dans cette entreprise

J’occupe la même fonction depuis bientôt quatre ans dans une entreprise. Je suis bien noté, mon équipe m’adore et il faut dire que je suis toujours là  pour lui donner un coup de main. Maintenant, je vois que des collègues, qui ont démarré en même temps que moi, ont obtenu des promotions alors que moi je reste sur la touche.

K.R. – Rabat

Il est tout à fait normal au bout de quelques années d’aspirer à avoir d’autres  responsabilités, voire plus. Mais, en réalité, dans ce processus, vous êtes «deux». Vous et l’entreprise. Cette dernière ne peut TOUT vous apporter, et encore moins vous «deviner». Vous devez également de votre côté savoir «faire votre place» !

Cultiver sa dispensabilité

Entre un manager qui a su développer l’autonomie de son équipe, et un autre manager qui doit tout faire et être présent tout le temps pour que les «choses tournent», d’après-vous quel est le manager qui sera le plus volontiers promu ?
Et oui, le premier car il a su développer sa «dispensabilité» !
Le second, lui, est bien entendu «présent», travaille même plus que le premier la plupart des cas, mais n’est pas dans une logique de «faire-faire», aussi, hésite-t-on beaucoup à le promouvoir et ce pour deux raisons. D’abord, parce que s’il quitte son équipe cela risque d’être le «bazar» pendant quelques mois ensuite, en lui donnant plus de responsabilités et donc une équipe plus élargie il ne sera pas capable d’obtenir de bons résultats car il n’aura pas assez de temps pour faire «TOUT» lui-même (il n’y a que 10 à 15 heures par jour).
Si vous êtes dans ce cas de figure, peut-être faut-il que vous changiez de critères pour évaluer votre expertise managériale ?
Lancez-vous ce défi : à vos prochaines vacances d’été, vous devez recevoir 50% de moins d’appels téléphoniques «du bureau» que les années passées : cela sera un excellent indicateur pour savoir si vous avez avancé dans votre «dispensabilité».

Marketer votre travail

Vous faites du bon travail certes, mais le savent-ils ? Ou, êtes-vous, comme la plupart des «bosseurs» trop concentré sur votre travail et les résultats à obtenir pour communiquer un peu sur ce que vous faites? Vous attendez d’être deviné? Compris? Faites-vous quelque chose pour aider vos n+1 à le faire ? Si ce n’est pas le cas, vous devez apprendre à soigner aussi bien l’emballage que le cadeau lui-même!
Car dans le cas contraire, vous verrez passer encore de nombreux collègues devant vous qui auront su, eux, marketés leur travail, faire de belles présentations aux bonnes personnes, développer un réseau interne consistant et donc faire connaître la véritable valeur ajoutée qu’ils apportent à l’entreprise !
Manipulation ? Opportunisme, me direz-vous.
Non, car vous ne chercherez pas à mettre en valeur du vent mais bien des résultats concrets !

Renseignez-vous et exprimez-vous

Alors, à vous de décider dans quel camp vous souhaitez vous battre : ceux des bosseurs anonymes, qui, au fur et à mesure des années, verront d’autres réussir mais ne dérogeront pas à leur «intégrité en matière de communication» ou ceux qui ont compris que communiquer et marketer son travail permet tout simplement à leurs n+1 de mieux comprendre le travail fait, d’accorder les budgets plus facilement, de développer sa «visibilité» au sein de l’entreprise et de célébrer les victoires à chaque fois qu’il y en aura!
Avez-vous seulement exprimé l’envie d’intégrer un poste plus élevé ? Est-ce possible ?
Y a-t-il encore des postes de «capitaines» à pourvoir au sein de votre entreprise ?
Je crois qu’il s’agit aussi de voir le degré de faisabilité de cette promotion. Comment ? Eh bien, en vous renseignant sur les projets à venir de votre entreprise, en sortant au maximum de votre bulle (vous serez donc obligé de passer par la case «délégation responsabilisante» avant de démarrer ) et en verbalisant le plus sereinement et factuellement possible vos aspirations.

A vous de jouer !