«Je fais partie des victimes de la réorganisation !»

Je sais qu’il faut accepter le changement, qu’il est inévitable, mais la donne est très différente lorsqu’on est personnellement victime de ces réorganisations ! Car, me concernant, j’ai tout simplement été rétrogradé. J’avais un poste à responsabilités, je gérais une équipe importante, et d’un seul coup je me retrouve à être dirigé par un petit jeune qui a à peine 2 ans d’ancienneté et qui se trouve à des milliers de kilomètres !Franchement, j’aimerais comprendre la raison d’être de tout ce bazar et surtout si sérieusement ils pensent que nous allons applaudir et les remercier de massacrer notre carrière professionnelle !Que me conseillez-vous ?G.T.- Casablanca

En fait, votre réaction est tout à fait normale et même très saine! Vous avez raison d’avoir du mal à comprendre et à accepter ce changement. Et la raison en est très simple. Car, pour l’instant, vous ne pouvez que réagir à la partie visible de l’iceberg, à savoir le changement tangible que cela représente pour VOUS.

Vous aviez certaines responsabilités, une équipe sous votre contrôle et tout cela a brusquement disparu.Le changement a sans doute été annoncé, ou en tout cas ses prémisses, depuis des mois, et il a créé des attentes! Votre déception a dû être d’autant plus grande que vous vous attendiez sans doute à tout le contraire: une promotion avec un champ de responsabilités encore plus important !

Vous êtes donc nerveusement épuisé et même si des explications intelligentes et logiques vous ont été présentées, vous ne pouvez pas encore les entendre. Ce changement a représenté de grosses turbulences pour vous, et votre atterrissage va prendre du temps. Il va vous falloir l’accepter.

Donnez-vous une chance

D’abord, vous n’êtes certainement pas le SEUL à être dans ce cas, n’est-ce pas ? Alors arrêtez de penser que vous n’êtes pas assez bon, qu’il n’y a que VOUS à qui ça arrive, qu’ils sont tous des ingrats stupides ou toute autre pensées négatives ! Vous êtes le profil IDEAL pour cette NOUVELLE fonction, et c’est ce que vous devez retenir avant tout !

Certes, vous ne gérez plus d’équipe mais cela ne veut pas dire que vous n’avez plus de responsabilités et encore moins de missions à accomplir ! Alors essayez d’occulter cette partie-là de votre nouvelle position et préoccupez-vous de votre nouveau job.

Aujourd’hui, «avoir une équipe» ne veut plus dire grand-chose tant les projets sont transverses. Ce qui compte (et cela ne changera pas) ce sont les résultats que nous obtenons.

Alors donnez-vous cette chance de tenter cette nouvelle aventure. Avec d’autres paradigmes certes, mais qui sait ? Vous apprécierez peut-être ce mode de travail plus agile et vous vous sentirez plus libre de vous exprimer et d’innover.

Arrêtez de râler

Je sais ce n’est pas évident, mais ressasser le passé et ses rancœurs n’a jamais apporté quelque chose de bon dans la vie. Bien au contraire. Et même si vous pensez que votre entreprise a commis une erreur, que vous ne méritez pas ce traitement-là et que votre ego a été touché: vous devez avancer.

Alors, tirez un trait sur ce passé. Empêchez-vous de participer aux «réunions des râleurs», évitez les mêmes si vous le pouvez.

Cette expérience sera sans doute l’une des plus difficiles de votre carrière car elle va vous demander de faire appel à tout votre courage et à toute votre détermination. A affronter le regard des autres, et aussi à vous remettre en question sur certains points, mais elle peut aussi devenir l’une de celles qui vous aura le plus renforcé.

C’est vous qui décidez.