Indiscipline à  tous les étages !

J’ai repris la direction d’une PME il y a quelques mois et je suis vraiment effarée par ce que j’y découvre chaque jour ! C’est un miracle si elle est encore active aujourd’hui vu les dysfonctionnements qui y règnent. J’ai lancé divers chantiers pour y remédier et je dois dire que j’éprouve pas mal de difficultés à  les mener à  bien tant la nonchalance est de mise ici. Ce qui me frappe c’est l’indiscipline ! Les collaborateurs – et même les managers !- arrivent très en retard le matin, prennent de longues pauses déjeuners et quittent pour la plupart le bureau avant 18 heures. J’ai essayé de « faire passer des messages » gentiment mais cela ne marche pas.

Observez une réunion qui démarre, ou plutôt qui essaye de commencer ! Sur les 5 participants prévus, 3 manquent à l’appel, et le «owner de la réunion», énervé, ne sait pas trop s’il doit commencer ou attendre les retardataires…. Lorsque ces derniers arrivent, la réunion commence mais on peut voir un nuage toxique d’énervement passé au-dessus des têtes (surtout pour les personnes qui ont fait l’effort d’être ponctuelles) comme l’a dit d’ailleurs André Roussin: «J’ai remarqué souvent que les gens qui sont en retard sont de bien meilleure humeur que ceux qui ont dû les attendre» !
Dire les choses «gentiment» n’est pas forcément la meilleure solution ! Car, être subtile requiert d’avoir en face de nous des personnes que nous entendrons réellement. Alors : dites les choses CLAIREMENT !

Exemplarité

Vous décrivez une véritable situation de chaos ! En effet, si même vos managers ne respectent pas le code de la route de l’entreprise, eux qui représentent normalement l’exemple à suivre alors vous avez effectivement du pain sur la planche.
Aussi, vous devez d’abord sensibiliser fortement vos managers directs sur la question non anecdotique et non discutable des horaires.
Afin de ne pas froisser certaines susceptibilités (qui, bizarrement, augmentent au fur et à mesure que nous gravissons les échelles d’un organigramme…), vous pouvez par exemple prévoir des réunions individuelles et ainsi adapter votre message en fonction de chaque profil de manager.
Préparez-vous à entendre le pire et le meilleur, petit florilège : «Je n’ai personne pour accompagner mes enfants à l’école», «je reste tard le soir», «tout le monde le fait pourquoi pas moi ?», et le meilleur pour la fin : «C’est parce qu’il y a beaucoup de circulation le matin».
Alors, soit vous vous préparez un argumentaire pour répondre à toutes ces objections et aux autres (en la matière, la créativité peut être infinie…), soit vous décidez de ne pas entrer dans ce jeu car la meilleure façon de gagner une négociation c’est ne pas laisser le champ…à la négociation.
Je serai plus tentée par la seconde option, car vous n’avez pas à vendre une idée qui est une procédure connue de tous et applicable par tous !

A la guerre comme à la guerre

C’est vrai que c’est un moyen «basique» mais vous devriez l’essayer : organiser des flashs-meeting de 8 h à 8 h15 (15 minutes de réunion = impossible de venir en retard). Cette réunion (au rythme de deux ou trois fois par semaine) aura pour objet de faire le point très rapidement sur les en cours et de partager quelques informations avec vos managers. Ainsi, vos managers directs seront ponctuels et attendront la même chose de leurs équipes : effet cascade garantie. En dernier ressort, pensez à instaurer des badgeuses à l’entrée et publiez les états mensuels sur le panneau d’affichage. Je sais, c’est assez radical comme approche mais tellement efficace.
Aussi, mettez en place un système de Management par objectifs.
Maintenant, le plus beau MBO du monde ne servira à rien s’il n’est pas suivi régulièrement par le management direct ! Combien de fois avons-nous pu observer des entreprises qui se réveillaient d’une douce torpeur de 10 mois pour «s’apercevoir» qu’il y avait des objectifs à boucler dans… un mois ! Alors, insistez sur ce point et faites-en un des objets phare de vos réunions matinales.