Et le harcèlement moral exercé sur les boss ?

En fait, c’est tout simple : je me sens harcelé par un de mes collaborateurs ! Il ne fait rien, a ses «propres horaires» et a des performances de plus en plus en baisse, j’ai beau essayé de lui parler, il continue de n’en faire qu’à  sa tête. Je suis seul à  travailler beaucoup trop pendant que lui se permet même de ne pas venir certains jours de la semaine !
Je ne pense qu’à  ça, au salaire très conséquent que cette personne me coûte et au retour sur investissement NEGATIF si je devais lui verser des indemnités de licenciement en plus !
M.K.- Casablanca

Ainsi donc le «loup est dans la bergerie» alors que déjà en dehors, la tempête gronde et que vous avez besoin d’avoir une équipe solide, solidaire et performante, et vous y pensez souvent, voire peut-être…un peu trop ?

Vous faites partie du problème

Donc, si je résume, vous avez accepté cette situation depuis déjà quelque temps.Mais pourquoi ? Et pourquoi voulez-vous que ce collaborateur comprenne qu’aujourd’hui cela n’est plus possible ? Et qu’en pensent les autres membres de votre équipe ? Avez-vous peur de cette personne : pourquoi ses agissements ont-ils autant d’impact sur vous ?
Vous le savez sans doute : le rôle du coach est de poser des questions….Et le vôtre sera d’y répondre sans faire semblant et surtout rapidement !

Ne nous voilons pas la face

Et oui… Ce que recherche cette personne est très claire: elle veut être licenciée…et comme la législation est ce qu’elle est, même pour une personne non performante, vous devrez passer «à la caisse». Elle va donc user de beaucoup de stratagèmes pour vous faire «craquer». Et oui… le harcèlement moral «down/up» existe aussi malheureusement. Mais c’est à VOUS de décider «la fin de l’histoire» .
Alors, bien sûr, vous vous dites certainement que c’est injuste, que vous ne voulez pas EN PLUS payer pour que cette personne quitte votre entreprise. Mais songez aux salaires que vous lui versez et surtout à l’impact redoutable que sa présence a sur votre moral…et faites le BON calcul. Il y a sûrement un moyen de vous arranger entre vous, sans pour autant entrer dans un conflit ouvert. Alors rapprochez-vous de votre conseil pour établir clairement les chiffres, puis prenez le temps de discuter avec votre collaborateur. En tout cas, faites en sorte d’être celui qui distribue les cartes cette fois-ci !

Zappez

Votre actif le plus important c’est votre MORAL. Car lorsque nous sommes chef d’entreprise, nous sommes L’IMPULSEUR NUMERO1, celui qui donne le rythme et qui maintient les équipes dans la bonne direction.
Aussi, si vous fragilisez ce MORAL, vous remettez en question tout l’édifice que vous avez bâti patiemment depuis toutes ces années.
Maintenant, certes, une problématique avec un collaborateur est toujours à prendre au sérieux, mais cela vaut-il la peine qu’il devienne votre sujet numéro1? Celui auquel vous pensez du matin  au soir (et y compris la nuit ?).

Vous le voyez, tout ceci est déséquilibré : vous donnez trop de pouvoir à cette personne… Mais c’est le cas parce que vous n’avez pas ENCORE tranché. Or, décider c’est se libérer !
Alors, à vous d’analyser cette situation, cette fois-ci avec sang-froid, comme si un ami vous demandait un conseil et que…vous l’écoutiez vraiment ! Et puis, comme dit le vieil adage : «L’expérience est une lanterne qui n’éclaire que son propre chemin». Alors à l’avenir, profitez de ce nouvel éclairage pour ne pas trébucher sur certains cailloux !