«Mon collègue que j’ai initié au travail veut ma place !»

Quand il est arrivé, j’ai vraiment accueilli à  bras ouverts ce nouveau collègue, je l’ai aidé à  prendre ses marques et lui ai donné toutes les informations dont il pouvait avoir besoin. Il faut dire que je l’attendais vraiment car vu la quantité de travail que j’avais, il fallait être au moins deux.
Mais depuis qu’il est bien «installé», il a commencé à  changer vis-à -vis de moi, à  moins communiquer et maintenant j’ai bien compris qu’en fait il cherchait à  prendre ma place…J’ai entendu de nombreux bruits de couloirs à  ce sujet : il n’arrête pas de me dénigrer auprès de la hiérarchie et de dire qu’il serait tout à  fait capable de faire ce job tout seul !

Comme c’est difficile de faire face à l’ingratitude, n’est-ce pas ?

C’est une des attitudes les plus difficiles à gérer, surtout lorsque nous avons agi avec bonté, générosité et peut-être aussi un peu de… naïveté.

Gardez la tête froide

Je peux comprendre que face à une situation comme celle-ci vous puissiez perdre le contrôle… Mais justement ne le faites surtout pas !
Vous connaissez cette légende amérindienne qui dit que dans notre tête un combat a lieu tous les jours entre deux loups. L’un prône la sagesse, le calme et la bienveillance, l’autre la colère et le ressentiment. C’est un grand-père qui raconte cela à son petit-fils, et ce dernier lui pose la question : «Mais grand-père qui gagne des deux loups ?» et la réponse est : «Celui que tu nourris»… Aussi, ne tombez pas dans ce piège, vous auriez beaucoup à perdre et à commencer par ajouter de l’eau au moulin que votre collègue vous fabrique (apparemment) si efficacement… De plus, les bruits de couloirs ne sont pas forcément «la plus pertinente» des informations, alors assurez-vous que tout cela est bien vrai avant de prendre position !

Défendez-vous

Ce collègue vous rend un grand service !

Et oui, puisqu’il vous permet de mieux appréhender vos lacunes : car, dans ses critiques il doit bien avoir une part de vérité.
Alors avant de vous lancer dans une guerre inutile avec lui, engagez la meilleure des batailles : avec vous-même! A-t-il évoqué votre désorganisation ? Vos lacunes en termes techniques ? Peu importe, faites le tri, et mettez-vous au travail pour y remédier.

Enfin, vous avez peut- être eu tendance à vous effacer au sein de votre entreprise, vous semblez être une personne bienveillante et généreuse et parfois ce type de personne ne sait pas se mettre en avant.

Et si vous commenciez… à changer ?

Apprenez…

La bienveillance, la générosité sont de merveilleuses qualités dont nous manquons bien trop souvent en entreprise. Mais «point trop n’en faut» non plus, «de la mesure, de la mesure», comme on dit !
Alors la prochaine fois, prenez un peu plus de temps avant de vous livrer de cette manière à un nouveau collègue !
Mais surtout, surtout : gardez en vous cette jolie bienveillance et continuez de nourrir le «gentil» loup en vous !
A vous de jouer.