Mon manager remplacé par mon pire ennemi !

Je viens d’apprendre que mon manager a été promu et qu’il sera remplacé. Mais le problème est que son remplaçant est mon pire ennemi. On s’est déjà «fâché» sur certains sujets et on a des avis complètement différents sur la manière d’approcher des problématiques très importantes. Franchement, je ne pense pas que cela pourra marcher et comme c’est lui le «nouveau boss» de l’équipe, à mon avis, je dois commencer à réfléchir à quitter.
Que me conseillez-vous ?

Oups… C’est en effet une situation bien compliquée! Mais avant d’abandonner le navire, peut-être que vous pourriez patienter quelques semaines ? Voire quelques mois ?

Laissez-vous une chance

Vous avez déjà eu affaire à cette personne et, apparemment, ça ne s’est pas bien passé. Donc, vous vous dites que maintenant qu’elle aura «le pouvoir» cela ne pourra qu’empirer. Et si vous aviez tort ?
Aussi, attendez que cette personne s’installe dans son nouveau job, observez ses premières décisions (sans pour autant ne chercher et donc voir QUE des raisons d’être en désaccord avec elle) soyez calme, réfléchi et professionnel. Il est à peu près certain qu’elle aussi pense à vous et se questionne sur la manière de gérer cette situation. Compte tenu du «passif» entre vous, je suis bien consciente que le désaccord ne saurait tarder. Mais QUI démarrera les hostilités ?
Et comment l’AUTRE réagira ? Vous ne pouvez agir sur la manière qu’ont les gens de se comporter avec vous, mais vous pouvez le faire sur votre manière à VOUS de réagir. Il y a deux types de points de désaccords :
– Les «négociables».
– Les non-négociables.
Les premiers concernent une «simple» approche, méthode ou manière de traiter une problématique et ils peuvent, avec de la bonne volonté, un bon dosage d’égo, un peu moins d’émotions et des arguments solides être dépassés. Mais les seconds sont plus complexes, car ils ont un lien avec nos valeurs, nos croyances, nos convictions les plus profondes.

Signez une trêve !

Si votre manager a compris que votre expertise est précieuse, que vous avez des convictions fortes qui découlent de votre implication et conscience professionnelle, mais que vous savez aussi respecter et apprécier ses points de vue, alors vous pourriez ensemble – et calmement- parler du passif «qui vous lie». Deux personnes passionnées et très impliquées peuvent se laisser emporter dans des dérives qui mènent à des conflits qui n’auraient jamais émergé entre des personnes plus «pondérées». Au fond, vous vous ressemblez – au moins – sur ce point…
Ainsi, si vous pouvez trouver un mode de fonctionnement qui conviendra aux deux parties, que vous vous mettez d’accord sur le mode de communication de vos désaccords (en privé, calmement et avec respect) alors vous avez peut-être une chance de réussir un beau défi.
Mais, si dès le départ vous êtes convaincus (tous les deux) que ça ne marchera pas, et n’êtes prêts à aucune concession, alors, en effet, peut être qu’il serait judicieux de commencer à réfléchir à un autre job.
Mais réfléchissez bien avant, car il serait dommage de prendre cette décision sur un malentendu.
Charles Bukowski mettra un peu de poésie dans votre esprit : «Vous connaissez le vieil adage : tout est une question de goût et soit ils ont raison et j’ai tort, soit j’ai raison et ils ont tous tort, ou peut-être que c’est quelque part entre les deux».