Je veux devenir coach à 24 ans

yasmina rheljari

J’ai travaillé pendant trois ans dans une entreprise où régnait le favoritisme et que j’ai quittée car je savais que je ne progresserai jamais ni n’obtiendrai un poste plus important malgré tous mes efforts. Aujourd’hui, avec tout ce que j’ai appris sur le monde du travail, je me sens prêt pour devenir coach et aider d’autres personnes. Et surtout je ne veux plus jamais redevenir salarié !
Que me conseillez-vous ?
T.S.- Rabat

Malheureusement, certaines expériences professionnelles peuvent nous amener à un rejet aussi franc et massif que le vôtre. Mais est-ce la bonne réaction, la bonne décision et surtout la seule qui s’offre à vous ?

Être coach

Être coach peut être en effet une solution «idéale» pour des personnes qui, comme vous, aspirent à partager et à être plus libres de leur vie. Ce métier requiert, à mon sens, quatre éléments indispensables :
1. Une expérience professionnelle solide : en réalité peu importe la durée de cette expérience, du moment qu’elle soit suffisamment complète et donc VARIÉE. Ainsi, vous ferez gagner du temps à vos clients en connaissant déjà leurs contextes et en appréhendant leurs problématiques avec plus d’efficacité et de clairvoyance. Et surtout, vous serez en position de poser les bonnes questions au bon moment !
2. Une formation complète pour se préparer à ce métier et s’appuyer sur des process clairs : surtout si vous n’avez jamais géré d’équipe.
3. Une attitude spécifique : un coach sait justement mettre de l’émotion quand il n’y en a pas assez, mais surtout ne pas en avoir quand il y en a trop (et cela arrive souvent) ! Êtes-vous certain, que, dans l’état d’esprit où vous vous trouvez aujourd’hui, vous sauriez aider votre client à faire la part des choses, prendre du recul et se poser les bonnes questions ? Enfin, un coach aime AIDER et décide de faire ce métier souvent pour cela. Votre WHY semble plus autour de vous, de ce que vous ne voulez plus et de «votre confort» que vers l’autre, n’est-ce pas ?
4. Votre MAD SKILL ! C’est-à-dire une compétence hors du commun que vous avez acquise par exemple en suivant une passion (et qui vous donnera force et différenciation). Si cette mad skill est très prégnante en vous alors: FONCEZ ! Tous ces points – vous l’imaginez- s’acquièrent avec du travail et du TEMPS (même si ce facteur dépend des spécificités de chacun) aussi !

Expérience positive aussi !

Oui, votre expérience de trois années est précieuse et pourrait vous «aider à aider». Mais je crains qu’elle ne vous oriente que sur un sujet : les choses/personnes/situations à éviter et que vous ayez peu d’expériences positives «en stock» ! Aussi, pourquoi ne pas vous redonner une chance ? Cette entreprise n’est certainement pas la seule qui pourrait vous embaucher, n’est-ce pas ? Il en existe probablement des dizaines qui seraient intéressées par votre profil et votre EXPÉRIENCE de trois ans ? Cela vous permettrait de vivre l’autre face de la médaille (de manière plus positive), apprendre encore plus et cette fois-ci sur les best-practices.

Être coach mais pas seulement !

N’oubliez pas que vous ne serez pas «seulement» coach ! Du moins au début, vous devrez aussi cumuler les fonctions de communiquant, de vendeur et d’entrepreneur ! Car cela aussi fait partie du «package» de ce métier. Puis de vendre vos services : démarcher les clients, négocier les tarifs (et les règlements qui souvent se transforment en deuxième métier !).
Et enfin, entrepreneur, car vous devrez aussi gérer vos flux financiers.

A vous de jouer !