Un bon cru pour Maroc Telecom

Les chiffres à retenir : +12,8 % pour le chiffre d’affaires, +10,3 % pour le résultat d’exploitation
et +2,5 % pour le résultat net.

L’annonce des résultats de Maroc Telecom était attendue par ses milliers d’actionnaires mais aussi et surtout par le marché, curieux de savoir comment la nouvelle recrue allait orienter sa politique de dividende. Le résultat a finalement été à la hauteur des espérances.
Lors d’une conférence de presse organisée le 5 mars, Abdesslam Ahizoune, président du directoire d’IAM, a dévoilé un chiffre d’affaires consolidé en progression de 12,8 %, à 17,92 milliards de DH. Le résultat d’exploitation (Rex) s’améliore de 10,3 % pour s’inscrire à 7,67 milliards de DH. Sa hausse est due principalement à la progression de l’activité mobile (+39,2 %), puisque le résultat d’exploitation de l’activité fixe a diminué de 7,7 %. Les responsables de la société attribuent cela essentiellement à la baisse du tarif des «liaisons louées opérateurs», facturées à l’activité mobile.
Mais si CA et résultat d’exploitation affichent des évolutions à deux chiffres, le résultat net (part du groupe) ne s’améliore, lui, que de 2,5 %, passant de 5,08 milliards de DH en 2003 à 5,2 milliards en 2004.Une croissance modérée que la société explique par «la décision du groupe de ne pas constituer de provisions pour investissements afin de pouvoir redistribuer davantage de bénéfices ». En neutralisant l’impact de l’économie d’impôt générée par la provision constituée en 2003, la progression du résultat net serait en effet de 9,6 %. Au terme de l’exercice 2004, la société dispose d’une trésorerie nette consolidée de près de 6,5 milliards de DH.
Les bonnes performances financières de Maroc Telecom lui ont permis de proposer à la prochaine assemblée générale des actionnaires, prévue le 8 avril , la distribution d’un dividende de 5Dh par action. Ce qui représente une masse de 4,395 milliards de DH et ramène à 5,8 % le rendement par action.
Quant aux prévisions 2005, Maroc Telecom table sur une croissance de 5 à 7 %. En ce qui concerne sa stratégie commerciale, la prudence reste de mise. «Le groupe ne se lancera pas dans des investissements hasardeux afin de ne pas réitérer l’expérience malheureuse des opérateurs étrangers qui ont perdu des sommes faramineuses dans l’UMTS», a notamment affirmé M. Ahizoune. Il a par ailleurs annoncé le lancement prochain de nouveaux produits « très attractifs ».
Le développement de l’internet sera également une des priorités de Maroc Telecom, et les prix de l’ADSL continueront à baisser à l’avenir. D’ailleurs, une convention prévoyant une tarification spéciale pour l’internet en faveur des écoles a été signée entre Maroc Telecom et le ministère de l’Education nationale.
En matière de ressources humaines, un plan de départs volontaires entrera en vigueur en 2005. Celui-ci prévoit notamment l’octroi d’une indemnité de départ calculée sur la base de deux mois de salaire par an, sur une période de 48 mois .