Sociétés de financement : une capacité bénéficiaire en stagnation.

Les sociétés de financement continuent de pà¢tir du ralentissement de la demande sur le segment du crédit personnel.

D’ailleurs, la production de crédits de l’ensemble des sociétés a fait un léger mieux de 3% par rapport à fin juin 2013. Ainsi, le chiffre d’affaires des sociétés de crédits cotées a quasiment stagné à 835 MDH. Cette évolution cache des disparités car si l’activité commerciale de Maghrebail est en hausse de 26% à 135 MDH, elle n’a progressé que de 1,7% à 61 MDH pour Axa crédit, alors qu’elle est en chute de 13,5% à 305,30 MDH pour Eqdom.
Pour sa part, le bénéfice net sectoriel a enregistré une légère baisse de 1% pour s’établir à 232,10 MDH. Notons que deux sociétés parmi les six cotées ont affiché une nette progression de leur capacité bénéficiaire : Maghrebail et Salafin avec des hausses respectives de 50,4% et 23,4% à 38,50 MDH et 53,80 MDH. La 1ère doit sa croissance au bon comportement de son activité sur le crédit bail ainsi qu’à l’évolution favorable du résultat d’exploitation de 37% à 102,3 MDH. La seconde, elle, a tiré profit de la bonne tenue de son activité «fee business» et également de sa politique de gestion des risques qui a permis une baisse de 9% des dotations nettes de reprises aux provisions. Axa Crédit et Maroc Leasing ont affiché des bénéfices en amélioration de 2,4% et 2,6% à 8,4 et 35,40 MDH, consécutivement à la stagnation de la production de crédits, au moment où Taslif a réalisé un rebond de 7,6% à 14,10 MDH grâce surtout au résultat non courant qui est ressorti excédentaire de 62 MDH contre un déficit de 266 MDH une année auparavant. En revanche, Eqdom peine à s’en sortir puisque son résultat net s’est replié de 25% à 82 MDH. En cause, la réduction de l’encours brut de 6,2% et la contraction du résultat brut d’exploitation de 19,7% à 194,50 MDH.