Sociétés cotées : un rendement de dividende de 3,6%

Elles vont distribuer 20 milliards de DH de dividendes pour des bénéfices totalisant 32,8 milliards en 2009.
Eqdom, Fenié Brossette, Lesieur, Salafin et Zellidja serviront 210 MDH de dividendes exceptionnels.
Aux cours boursiers de fin mars, les taux de rendement s’affichent à  des niveaux appréciables.

Les sociétés cotées à la Bourse de Casablanca se sont montrées plutôt généreuses vis-à-vis de leurs actionnaires. Malgré un contexte de crise et de ralentissement économique qui n’a pas manqué d’impacter leurs résultats en 2009, elles vont distribuer au cours des prochaines semaines 20 milliards de DH de dividendes, soit 1 milliard de plus que ce qui a été servi au titre de 2008. Il faut croire que dans l’état actuel de l’économie et du marché boursier, les entreprises de la cote ont veillé à rassurer les investisseurs en maintenant un niveau distribution satisfaisant. Cela a d’ailleurs bien fonctionné et des titres comme celui de Berliet Maroc ont gagné plus de 30% en quelques séances, uniquement parce que le dividende proposé est à un niveau attrayant.
Les 20 milliards de DH à distribuer représentent près de 61% des bénéfices réalisés par les sociétés cotées au titre de 2009 et qui s’élèvent à 32,8 milliards de DH. Ce taux de distribution est jugé faible par certaines sociétés de Bourse, étant donné que les dividendes représentaient plus de 70% des bénéfices durant les cinq dernières années. Mais il faut savoir que 60% de taux de distribution est un niveau qu’on qualifie d’exceptionnel dans certaines places boursières. De plus, deux principaux facteurs expliquent la baisse du résultat distribué en 2009. D’abord, les bénéfices de cette année sont dopés par des éléments non récurrents, notamment des cessions de participations de plusieurs milliards de DH, ce qui constitue un effet de base négatif. Ensuite, aucune introduction en Bourse n’est venue augmenter le dividende global de la cote au titre de 2009, alors qu’en 2008 et 2007 (dix introductions chaque année), le résultat distribué par les sociétés nouvellement introduites a sensiblement contribué au maintien d’un taux de distribution élevé.

Maroc Telecom distribuera près de la moitié du dividende global

En tout cas, le dividende global du marché est en progression de 5,3% par rapport à celui distribué en 2009, ce qui est honorable dans un contexte de crise et compte tenu d’un nombre de sociétés cotées inchangé. Et si le taux de distribution agrégé ressort à 61%, celui de certaines entreprises dépasse les 100%, leur management ayant préféré puiser dans les réserves plutôt que servir des dividendes en baisse (Atlanta, CTM, BMCE Bank, Branoma, CIH…). Notons par ailleurs que cinq sociétés vont distribuer, en plus du dividende ordinaire, un dividende exceptionnel de plus de 210 MDH. Il s’agit d’Eqdom (40 DH par action), Fenié Brossette (20 DH), Lesieur (21 DH), Salafin (13 DH) et Zellidja (45 DH).
Pour ce qui est des plus grandes contributions au dividende global de 2009, Maroc Telecom occupe encore une fois cette année la première place. L’opérateur historique a en effet décidé de distribuer 9,06 milliards de DH (10,31 DH par action), soit 96% de son bénéfice net part du groupe et 45,8% du dividende agrégé du marché. Malgré le tassement de la croissance de son activité (chiffre d’affaires consolidé en hausse de 2,8% seulement) et le recul de son résultat (-1%), il a opté pour le même niveau de distribution que les précédentes années, l’importance de ses cash-flows récurrents lui permettant de financer ses investissements et de couvrir ses besoins d’exploitation.
Loin derrière, Attijariwafa bank occupe la deuxième place avec un résultat à distribuer de 1,16 milliard de DH (6 DH par action), soit 5,9% du dividende global de la cote. La banque est ainsi passée devant Lafarge qui se classait historiquement en deuxième position. Cette évolution est jugée normale par les analystes, compte tenu des performances exceptionnelles qu’affiche le groupe bancaire au titre de 2009. En dépit du tassement de la croissance des crédits et la montée des créances en souffrance, il a en effet réalisé un bénéfice net part du groupe de 3,94 milliards de DH, en hausse de 26,4% par rapport à 2008.

Huit sociétés affichent des taux de rendement supérieurs à 8%

Malgré son dépassement par Attijariwafa bank, Lafarge continue à peser sur le dividende global de la cote avec une distribution de 1,15 milliards de DH (66 DH par action), soit 5,8% du total. Le cimentier affiche toujours une bonne santé financière. Il a dégagé en 2009 un résultat de 1,85 milliard de DH, représentant 34% de son chiffre d’affaires consolidé, et ce, grâce à l’augmentation des prix de vente et à l’optimisation de ses charges opérationnelles.
BMCI occupe pour sa part la quatrième place, son dividende global étant de 641,8 MDH (50 DH par action), ce qui correspond à 3,24% de la distribution globale. La banque a amélioré sa position grâce à un résultat à distribuer en hausse de 25% par rapport à 2008. Elle est enfin suivie par Ona qui servira plus de 611 MDH  (3,1% du total). Ce dividende sera le dernier à être versé sur le marché. Le groupe sera en effet radié de la cote casablancaise au cours des prochains mois dans le cadre de son projet de fusion avec la SNI.
Avec ces niveaux de distribution, et compte tenu des cours boursiers de fin mars 2010, le taux de rendement du marché (Dividend Yield), rapport entre le dividende global et la capitalisation boursière), ressort à 3,6%, une moyenne jugée satisfaisante par les analystes. Certes, ce taux est inférieur à celui de l’année dernière qui a été tiré par les rendements élevés de plusieurs sociétés (37 sociétés affichaient des taux supérieurs à 4%), mais il faut savoir que les cours boursiers ont progressé de manière significative entre mars 2009 et la même période de 2010, ce qui réduit automatiquement les rendements actuels.
En tout cas, même si les cours sont aujourd’hui plus élevés, 27 sociétés cotées sur les 72 qui publient leurs résultats au 31 mars (hors IB Maroc, Cartier Saâda, LGMC et Unimer) affichent des taux de rendement supérieurs à 4%, et 20 d’entre elles ont dépassé les 5% (voir tableau). En tête de liste figure Berliet Maroc avec un rendement de 30%.
Malgré une année qui s’est soldée par un déficit suite à la chute des ventes de poids lourds au Maroc, la société a décidé de distribuer un dividende de 72 DH par action, soit un total de 90 MDH, un niveau pour le moins exceptionnel qu’elle explique par la trésorerie excédentaire dont elle dispose et par l’absence d’investissements significatifs à entreprendre dans un futur proche.
Avec un rendement de 9,32%, Microdata vient encore une fois cette année en seconde place. Ce taux élevé s’explique aussi bien par la progression de 16,7% du dividende unitaire servi par la société que par son cours boursier qui se situait au 31 mars 2010 à 601 DH, 37,4% de moins que son cours d’introduction.
La valeur technologique est suivie par Maghrebail qui affiche un taux de 8,26%. Avec un dividende généreux de 50 DH par action, en hausse de 11% par rapport à celui distribué en 2009, la société de financement confirme son statut de valeur de rendement.
La quatrième position est occupée cette année par Branoma, une société qui figure pour la première fois dans le top ten des meilleurs rendements. Elle affiche un taux de 8,11% malgré l’envolée de son cours durant ces derniers mois (2 270 DH au 31 mars). Les 184 DH de dividende unitaire qu’elle a décidé de distribuer, soit 53% de plus qu’en 2009, ont de fait compensé l’augmentation du cours.
Enfin, même si aucun dividende exceptionnel ne sera distribué cette année, la CTM établit son rendement à 8%, un niveau plus que satisfaisant qui résulte de la progression de 39% de son dividende ordinaire par rapport à 2009 et du maintien de son cours aux alentours de 300 DH.