Sociétés cotées : les deux tiers des bénéfices iront aux actionnaires

Malgré des bénéfices en recul de 10%, les dividendes distribués n’ont baissé que de 2%, à  18,9 milliards de DH. Maroc Telecom, Attijariwafa bank et Lafarge demeurent les plus gros distributeurs de dividendes avec 50% du total. Le taux de rendement du marché se situe à  4,4% contre 3,6 une année auparavant.

Les sociétés cotées ont publié des résultats en forte baisse au titre de l’exercice 2012. En effet, la masse bénéficiaire de la cote s’est repliée de 10% par rapport à 2011, à 26,7 milliards de DH, sous l’effet de la conjonction de plusieurs facteurs, dont un ralentissement économique qui persiste, une concurrence de plus en plus rude et des cours des matières premières de plus en plus volatils. Cependant, malgré cette baisse historique des bénéfices, les dividendes que les sociétés cotées vont servir durant les prochaines semaines à leurs actionnaires sont restés quasiment au même niveau que l’année dernière. En effet, la distribution de résultats totalise cette année 18,9 milliards de DH contre 19,3 milliards l’année dernière, soit à peine une baisse de 2% ou de 360 MDH. Ceci sans compter les sociétés qui n’ont pas encore annoncé leurs dividendes, ainsi que celles qui ne comptent pas en distribuer en raison, entre autres, de leurs résultats déficitaires (voir encadré). C’est dire que dans ce contexte de crise, les entreprises de la cote ont tenu à rassurer leurs actionnaires en leur offrant une rémunération élevée.

Les 18,9 milliards de DH de dividendes représentent cette année près de 71% des bénéfices réalisés, alors que l’année dernière, le taux de distribution était de 65%. Cela s’explique par le fait que nombre de sociétés ont gardé le même niveau de dividendes qu’en 2011 même si leur bénéfice a enregistré une baisse, à l’instar de Wafa Assurance qui a choisi de servir 80 DH par action à ses actionnaires en dépit d’un repli de ses résultats de 9,4%, ou encore de CNIA Saada et Ciments du Maroc qui comptent distribuer 26 DH et 40 DH même si leurs résultats ont baissé respectivement de 5,3% et 32,7%.

Cela dit, Maroc Telecom reste le premier distributeur de dividendes de la place. A lui seul, l’opérateur compte servir 6,5 milliards de DH, ce qui correspond à un dividende de 7,40 DH par action, soit 34% du dividende global de la cote. Attijariwafa bank et Lafarge ciments se sont maintenues à la 2e et 3e positions respectivement avec des montants à distribuer de l’ordre de 1,8 et 1,1 milliard de DH. La banque envisage de distribuer un dividende unitaire de 9 DH, en amélioration de 6% par rapport à 2011, et ce, malgré une croissance timide de ses bénéfices de 0,9%. Avec ce montant, Attijariwafa accapare 9,6% des dividendes globaux de la cote et situe son taux de distribution à 40,2%. De son côté, Lafarge, qui garde sa politique de distribution au même niveau que l’année précédente, soit 66 DH par action, a amélioré son taux de distribution de près de 22 points, à 91,3%, et ce, en raison de la baisse de ses bénéfices de 24%. Son dividende global représente 6,1% de la rémunération totale du marché. La BCP arrive en 4e position avec un montant de 822 MDH, soit 4,3% du total. Son dividende unitaire de 4,75 DH est en hausse de 8% sur une année alors que ses bénéfices annuels n’ont augmenté que de 2,7%, ce qui établit son pay-out à 43,8%. Notons que ces quatre valeurs génèrent à elles seules plus de 54% du dividende total du marché.

Sur les 75 sociétés cotées, une dizaine affiche un taux de distribution de plus de 100%

Malgré cette conjoncture défavorable, certaines sociétés comptent même distribuer des dividendes supérieurs à leurs résultats, ce qui situe leur taux de distribution à plus de 100%. Ces entreprises préfèrent puiser dans les réserves afin de retenir les détenteurs des titres en Bourse. Par exemple, Centrale Laitière servira un dividende de 50,90 DH par action, soit un total de 479 MDH pour un résultat net part du groupe de 474 MDH. La CGI, en gardant le même niveau de rétribution à 19 DH par action, a placé son taux de distribution à 110,8% car son bénéfice net a baissé de 16%, à 315,8 MDH. De son côté, Label’Vie qui s’est abstenue de rémunérer ses actionnaires pendant les deux dernières années, compte verser des dividendes totalisant 150 MDH (58,90 DH par action), et ce, en raison de la réalisation d’un bénéfice de 117,8 MDH, en hausse de 146%, grâce essentiellement à une opération non courante.

En dépit de réalisations financières en berne, Promopharm envisage de servir 130 MDH de dividendes, correspondant à un dividende unitaire de 130 DH alors que son résultat net est en retrait de 4,2% à 66 MDH. Son résultat distribuable s’établit alors à 197,3%, soit le meilleur taux de distribution de la place. S’ajoutent à ces sociétés S2M et CMT qui devraient offrir une rémunération exceptionnelle à leurs actionnaires.

Le taux de rendement de la place est en hausse de 8 points grâce à la baisse des cours

En effet, S2M servira en plus des 15 DH au titre de son dividende ordinaire, une rétribution exceptionnelle de 11 DH, ce qui situe le montant global de sa distribution à 20,8 MDH pour un résultat net de 13,3 MDH. Par conséquent, le taux de distribution ressort à 156,4%. Quant à CMT, elle distribuera 365 DH de plus que son dividende ordinaire qui est de 140 DH, totalisant ainsi un montant de 750 MDH. Son résultat distribuable atteint près de 186%. Ceci sans oublier Eqdom qui, comme en 2011, compte verser un dividende exceptionnel de 50 DH cette année qui vient s’ajouter à la rémunération ordinaire de 60 DH, soit un total de 183 MDH. Cela étant, le pay-out, lui, se situe à 74,3%.

La contraction des dividendes distribués au titre de l’exercice 2012 n’a pas empêché le taux de rendement de la place (rapport entre le montant global des dividendes et la capitalisation boursière) de s’établir à un niveau supérieur à celui de l’exercice précédent. En effet, il s’est situé à 4,4% contre 3,6% une année auparavant et 3,5% à fin 2010. Cela s’explique par la baisse des cours des sociétés cotées dont la capitalisation est importante. Ainsi, sur la base des cours observés le 5 avril, 29 sociétés sur les 75 de la cote affichent un taux de rendement plus élevé que la moyenne de la place, deux autres sont conformes à cette moyenne et le reste à un niveau inférieur.

Tout d’abord, il y a lieu de souligner que les meilleurs taux de rendement sont ceux des sociétés de petite et moyenne capitalisation. CMT doit son taux de rendement  de 23,2% qui, soit dit en passant, est le meilleur rendement de la place, à la distribution d’un dividende exceptionnel. Sans ce dernier, le taux de rendement se serait situé à 6,4%. Pour sa part, Promopharm s’adjuge la seconde place avec un rendement avoisinant les 17% malgré une hausse de son cours en bourse depuis le début de l’année. Cela s’explique par une croissance du dividende à distribuer (+188%) plus importante que celle du cours (+24,6%). La 3e place revient à S2M qui, grâce à son dividende exceptionnel, a établi son dividend yield à 14,4%. CTM ne déroge pas à la règle puisque son taux de rendement de 11,2% s’explique par une augmentation des dividendes de 150% contre une performance de son cours de 23,6%.

A l’inverse, malgré une hausse de la rémunération attribuée aux actionnaires, Managem affiche l’un des taux de rendement les moins élevés de la place, à 1,3%, et ce, malgré un dividende de 20 DH, plus élevé que celui de 2011 qui était de 15 DH. Ceci s’explique par le niveau élevé de son cours puisqu’elle traite à un PER de 50,4 sur la base de son bénéfice dégagé en 2012.