Sociétés cotées : Le secteur immobilier renoue avec la croissance

Le secteur immobilier coté a créé la surprise à l’issue du 1er semestre en affichant une capacité bénéficiaire de 762 MDH, soit 2,6 fois les bénéfices récoltés une année auparavant. Une super performance due au net redressement des comptes d’Alliances mais aussi à la bonne tenue des indicateurs du groupe Addoha.

En effet, Addoha a enregistré une hausse de 1,4% de son chiffre d’affaires consolidé, à 3,4 milliards de DH. Mais le résultat d’exploitation consolidé du groupe a crû de 24%, à 864,6 MDH grâce à la maîtrise des charges opératoires. En revanche, le résultat financier fléchit en passant de 64,4 MDH au 1er semestre 2015 à -26,2 MDH une année après suite à la baisse des produits financiers et la constatation de charges financières. Une perte partiellement compensée par le non-courant consolidé qui s’est redressé à 49,8 MDH (contre -7,9 MDH au S1 2015). Au final, le RNPG ressort à 568,4 MDH, en hausse de 11%.

Pour sa part, Alliances a réalisé une très forte progression de son chiffre d’affaires consolidé qui a presque quadruplé, à 1,4 milliard de DH. Une montée en flèche qui comprend une hausse de 2,8 fois des revenus de l’activité habitat social et intermédiaire, à 800 MDH suite à un retour à la normale au niveau des chantiers du pôle ainsi que l’accélération de la cadence des livraisons. Et une évolution de 7,5 fois des ventes du segment haut standing, à près de 600 MDH. Par conséquent, le résultat d’exploitation atteint 190 MDH (contre -170 MDH une année avant) grâce notamment à une bonne maîtrise des charges. Le résultat non courant s’est établi, pour sa part, à 108,4 MDH (contre -5,1 MDH au S1 2015) et ce, grâce à un raffermissement de 2,2 fois des produits non courants à 263,2 MDH. Compte tenu de ces éléments, la société dégage un bénéfice de 19,6 MDH contre une perte de -384,3 MDH à fin juin 2015.

Suivant la même tendance haussière, Résidences Dar Saada a réalisé un chiffre d’affaires en hausse de 29,5%, à 878,8 MDH. Mais le résultat d’exploitation limite sa progression à 3,8% pour s’établir à 190,8 MDH en raison notamment d’un creusement de 26,9% des charges d’exploitation. Mais au final, le résultat net consolidé s’est hissé de 8,8%, à 168,3 MDH.