Sociétés cotées : l’activité progresse plus que les bénéfices

Les résultats, globalement conformes aux prévisions progressent de 17% contre 20% pour le chiffre d’affaires. La promotion immobilière championne de la croissance sur tous les niveaux de rentabilité. L’énergie,les holdings et l’agroalimentaire principaux contributeurs à  de richesse.

Une exception boursière africaine. Ainsi qualifie-t-on le Maroc, en ces temps d’agitation économique mondiale, dans un récent article paru dans l’hebdomadaire britannique Sunday Times. Celui-ci juge la Bourse marocaine sur la base des résultats financiers des sociétés qui y sont cotées sur les 12 derniers mois. Et le verdict est positif.

Car, bien qu’elle ait, depuis peu, pris l’habitude de donner des frayeurs aux investisseurs, la place casablancaise conserve de solides fondamentaux. Et les résultats des sociétés cotées au titre du premier semestre 2008 en attestent. Ils sont pour l’essentiel conformes aux prévisions des analystes et les surperforment dans certains cas.

Dans les faits, le résultat net global du marché, en dehors des sociétés ayant des exercices fiscaux à cheval entre deux années civiles, s’est établi à un peu moins de 16 milliards de DH, en hausse de près de 17% par rapport au premier semestre 2007. Le chiffre d’affaires cumulé, pour sa part, a évolué de 20,3%, à 113,6 milliards de DH.

Néanmoins, cet accroissement marque un changement profond des tendances : avant, précisément sur les deux dernières années, les bénéfices enregistraient une hausse moyenne de 30% contre 15% pour le chiffre d’affaires. Conclusion : la croissance du chiffre d’affaires produit moins de bénéfices. En d’autres termes, ce sont les niveaux des marges bénéficiaires qui se trouvent entamés. A y voir de plus près, certains secteurs sont particulièrement plus concernés par ce phénomène.

Il s’agit notamment des sociétés opérant dans les domaines minier et informatique. Ces deux secteurs ont enregistré respectivement une chute de 52,8% et de 8,1% de leurs bénéfices au cours du 1er semestre 2008 en comparaison avec la même période de l’année passée, et ce en raison des fluctuations des cours des matières premières sur les marchés internationaux (secteur des mines) ou de la dépréciation du dollar.

Pour autant, la progression est bien là. En terme d’évolution d’activité, l’immobilier, l’énergie ainsi que les sociétés de financement ont surperformé la progression globale du marché.
Avec un additionnel de chiffre d’affaires d’un peu plus de 803 MDH (soit une progression de 70,2%), les sociétés de promotion immobilière occupent la première place en termes de performances.
Le secteur de l’énergie, quant à lui, réalise une croissance de son chiffre d’affaires de 44,6%, passant de 15,5 milliards à 22,5 milliards.

Les sociétés de financement, enfin, ont enregistré une belle performance, affichant une progression du chiffre d’affaires de 30%.
S’agissant des contre-performances, le secteur des activités diverses accuse la seule baisse de la cote avec une perte de près de 333 MDH de chiffre d’affaires. Il convient de signaler, au regard de l’hétérogénéité de cette catégorie, que la contre-performance est spécifiquement le fait de 4 sociétés sur les 8 que compte le compartiment.

CTM, Nexans Maroc, Papelera de Tetuan et Delattre Levivier Maroc ont en effet vu leur volume d’affaires régresser respectivement de 6, 38, 8 et 40%.
Pour ce qui est de la croissance opérationnelle du marché, elle s’est établie à 23,4%, correspondant à un additionnel d’un peu plus de 4,4 milliards de DH, pour un résultat d’exploitation global de 23 milliards de DH. Cette performance porte la marge opérationnelle de l’ensemble des sociétés cotées à 20,3%, soit un léger mieux de 0,5 point en comparaison avec le premier semestre 2007.

La marge opérationnelle du marché s’améliore de 0,5 point, à 20,3%
Ce sont essentiellement l’immobilier, l’énergie, les assurances et les holdings qui se distinguent en terme de performance d’exploitation.
L’immobilier a, en effet, amélioré son résultat opérationnel de 90,3%. Celui de l’énergie, qui a évolué de 89,3%, est davantage le fait de la Samir que d’Afriquia Gaz. En effet, le raffineur national a fait croître son résultat d’exploitation de 235,8%, soit un additionnel de 348 MDH.

Si le secteur des assurances affiche une progression notable de près de 74%, tous les assureurs n’y participent pas équitablement. C’est surtout Wafa Assurance qui améliore son résultat d’exploitation de 150% et propulse de ce fait la marge du secteur.

Les holdings, quant à elles, sont toutes bonnes contributrices à la performance opérationnelle du secteur qui voit ses réalisations s’apprécier de plus de 69%.
Au final, la capacité bénéficiaire des sociétés cotées gagne 2,3 milliards de DH, à près de 16 milliards. L’immobilier, champion toutes catégories en termes de chiffres d’affaires et de marge d’exploitation, se retrouve , comme on aurait pu le prévoir, en tête du classement des performances bénéficiaires.

Le secteur aura fait croître son résultat net de 78,2%, à près de 517 MDH. Suit la chimie qui, propulsée par la Snep (130% de bénéfices en plus), se classe seconde en terme de performance bénéficiaire. Le secteur aura engrangé près de 160 MDH de bénéfices, soit 73% de plus qu’au premier semestre 2007.

S’agissant du secteur agroalimentaire, qui pèse beaucoup plus dans les résultats, soit 1 milliard de DH, il se démarque également par son niveau d’évolution qui est de 68,3%.