Près de 811 riads et maisons d’hôtes… à  Marrakech seulement

Le secteur est dominé par l’informel où plusieurs riads se déclarent comme étant des établissements touristiques sans respecter nécessairement les aspects techniques de sécurité, d’hygiène et de confort.

Les riads et maisons d’hôtes classés ont dépassé la barre de 1 000 au Maroc, et ce, en ne comptant que les principales villes touristiques. Le phénomène a été amorcé il y a une vingtaine d’années par les étrangers, essentiellement à la ville de Marrakech. A elle seule, la ville compte actuellement 811 riads et maisons d’hôtes classés dont le nombre de nuitées enregistrées à fin septembre a augmenté de 6,52% pour s’établir à 16 285 nuitées.

Devenus une tendance et une source de revenus, les riads ont été ouverts dans d’autres villes à caractère culturel notamment. Ainsi, on peut trouver dans la ville de Fès plus de 70 riads classés par les services du ministère de tutelle. Essaouira, pour sa part, comprend environ 60 riads. Tanger, Chefchaouen et autres villes du nord au même titre que les régions de Bin El Ouidane et Imsouane commencent également à connaître une émergence de la tendance. Elles comptent une dizaine de maisons d’hôtes chacune, mais sans pour autant qu’elles soient classées. C’est là que le bât blesse. En effet, le secteur est plutôt dominé par l’informel où plusieurs centaines de riads se déclarent comme étant des établissements touristiques sans respecter nécessairement les aspects techniques de sécurité, d’hygiène et de confort.