Pas de soldes en Bourse

Les périodes de soldes sont propices aux bonnes affaires, nous dit-on. En bons consommateurs, nous nous précipitons vers les magasins à l’annonce des soldes d’hiver pour rechercher les meilleurs rabais. Rien de plus logique. Cependant, la nature humaine agit différemment dès qu’il s’agit d’investissements financiers. Contre toute attente, les statistiques prouvent que la plupart d’entre nous ont tendance à rechercher les actifs qui sont déjà à la hausse. C’est ce que les économistes appellent «le momentum». L’année 2010 a parfaitement illustré ce phénomène : un investisseur ayant acheté les valeurs les plus performantes de 2009 aurait bénéficié d’un gain plus élevé (de 10% en moyenne) que celui qui a préféré acheter les valeurs en baisse. En d’autres termes, la performance récente appelle naturellement la performance… Selon les travaux d’économistes de la London Business School, cette stratégie s’est en moyenne révélée efficace tout au long du XXe siècle, sur la plupart des marchés actions.
Mais, le fait est que cette tendance au «momentum» s’applique à bien d’autres actifs que les actions… et contribue aussi à alimenter les bulles spéculatives. C’est ainsi que les investissements ont afflué dans le passé vers les secteurs les plus irrationnels, comme la promotion immobilière effrénée aux Etats-Unis, en Espagne ou en Irlande. Nous savons pourtant que la hausse n’est jamais éternelle, et que les bulles spéculatives finissent toujours par exploser. Le problème est que l’on ne sait jamais quand…