Nexans Maroc subit les effets d’une conjoncture nationale et internationale difficile

Son chiffre d’affaires et ses bénéfices sont en recul en 2016. Baisse des cours des métaux, ralentissement des investissements…, plusieurs facteurs négatifs expliquent cette situation. Le groupe poursuit ses efforts d’investissement au Maroc et en Afrique.

L’année 2016 n’a pas été de tout repos pour Texans Maroc. Subissant de plein fouet une conjoncture internationale atone, le spécialiste du câblage et des équipements électriques a vu son chiffre d’affaires consolidé reculer de 7,65%, à 1,56 milliard de DH. Selon le top management de la société, cette baisse est principalement liée à la décroissance des cours des métaux. En effet, l’activité à l’export a accusé une baisse de 26% au deuxième semestre, sachant qu’elle représente 35% de l’activité globale. Toutefois, la part de marché de Nexans s’est améliorée de 1,3 point malgré des indicateurs économiques en berne : ralentissement du secteur du BTP, poursuite de la dégradation des délais de paiement et, dans une moindre mesure, recul des investissements de l’ONEE.

Coté opérationnel, et en dépit de la baisse des volumes, le résultat d’exploitation limite recule à 4,7% en s’établissant à 63 MDH. Compte tenu de ces éléments, le résultat courant ressort en baisse de 14% à 49 MDH. Dans le même sillage, le résultat net part du groupe s’établit à 20 MDH, en chute de 28,5%.

Au vu de ses résultats, le management compte rémunérer ses actionnaires avec un dividende de 4 DH par action contre 7 DH l’année dernière, soit une baisse de 42%. Cette décision reste à valider lors de la prochaine AGO prévue le 30 juin.

En termes de perspectives, Nexans Maroc entend consacrer un budget annuel de 40 MDH aux investissements liés principalement à l’amélioration de l’outillage et au renforcement de la sécurité. Sur le marché national, le groupe s’ouvre sur le marché des énergies renouvelables jugé porteur mais qui reste tout de même tributaire de la volonté de l’Etat d’accélérer le processus d’investissement, selon le management.

Sur le marché africain, l’activité de la filiale du Groupe «Nexans Côte-d’ivoire» ne démarrera d’une manière effective qu’en janvier 2018. Le management entend déployer sa stratégie internationale à travers deux principaux axes que sont les bases industrielles et les sociétés de distribution. Par ailleurs, le PDG affirme que le carnet de commandes de Nexans n’est plus considéré comme un indicateur d’activité, puisque plusieurs clients passent des commandes à la dernière minute.