LYDEC : une valeur à  alléger dans les portefeuilles malgré ses perspectives stables

Lydec a signé l’une des meilleures performances boursières au premier semestre 2010. Son cours atteignait au 30 juin 440 DH, soit une progression de 36,6% par rapport à  fin 2009.

Lydec a signé l’une des meilleures performances boursières au premier semestre 2010. Son cours atteignait au 30 juin 440 DH, soit une progression de 36,6% par rapport à fin 2009. Si les détenteurs des actions de la société ont profité de ce gain durant la première moitié de l’année, ils devraient faire preuve de vigilance au cours des mois à venir. Les analystes recommandent en effet d’alléger actuellement le poids de la valeur dans les portefeuilles. Ceux de BMCE Capital Bourse lui fixent un prix objectif de 411 DH, ce que dépasse largement le cours de fin juin (440 DH).

C’est donc une évolution trop rapide du cours qui explique cette recommandation, et non des éléments économiques ou financiers liés à la société. Car les perspectives de Lydec restent stables et favorables, aux yeux même des analystes.

En effet, suite à la conclusion en 2009 des négociations relatives à la revue de son contrat de gestion, Lydec devrait continuer à profiter  de son positionnement à travers une adaptation permanente de son offre (grille des tarifs et de consommation) en fonction de l’évolution des coûts. Par activité, et suite à la revalorisation des tarifs de l’eau, de l’électricité et de l’assainissement liquide, le concessionnaire du Grand Casablanca devrait maintenir son rythme de croissance, même si la consommation en quantité serait amenée à baisser.

Toujours sur le plan opérationnel, et après s’être  vue attribuer le service d’éclairage public dans le cadre de la nouvelle convention, Lydec a acquis de nouveaux postes ONE pour un montant de 16 MDH, élargissant de ce fait son périmètre d’activité et ses sources de revenus. Par ailleurs, la société poursuit ses négociations avec l’ONE pour la reprise des clients de l’office sur la région du Grand Casablanca, opération qui pourrait être accélérée par le rapprochement entre l’ONE et l’Onep. Lydec devrait également profiter du dernier découpage territorial datant des élections communales 2009. La société s’est en effet vue confier en 2010 la gestion de l’assainissement liquide de la nouvelle zone urbaine de Lahraouyine qui s’étend sur 1 200 hectares et qui a été récemment rattachée à la métropole. En outre, Lydec devrait engager de nouveaux investissements notamment dans la région de Tit Mellil pour la mise en place des infrastructures d’assainissement, ainsi que dans les localités de Bouskoura et de Dar Bouazza pour l’installation d’eau potable et de collecteurs d’eaux pluviales et usées.

Sur la base de tous ces éléments, le chiffre d’affaires de Lydec devrait s’établir à 5,54 milliards de DH en 2010 et à 5,66 milliards en 2010, soit des hausses respectives de 3,8% et de 2%. Pour sa part, le résultat net se fixerait à 269 MDH en 2010, soit une hausse de 22,1%, et à 273 MDH en 2011, soit progression de 1,5%.