Les axes de coopération BMCE Bank-CIC

En parallèle avec l’acquisition de 10 % du capital de BMCE Bank, le CIC a signé avec la banque marocaine un accord-cadre de coopération.

En parallèle avec l’acquisition de 10 % du capital de BMCE Bank, le CIC a signé avec la banque marocaine un accord-cadre de coopération. Ses grandes lignes prévoient plusieurs axes de coopération industrielle et commerciale dans différents domaines.
Dans la «banque de distribution», il a été décidé de fructifier les expériences et les expertises dans le domaine de l’immobilier, la bancassurance et le crédit à la consommation. Développement d’une offre de produits innovante, adaptée aux besoins du marché marocain tout en apportant savoir-faire et technicité en termes de marketing opérationnel, de formation commerciale et de production de crédits ;
Dans la «banque corporate», on ambitionne de promouvoir le courant d’affaires commercial entre les entreprises des deux rives de la Méditerranée, de démultiplier les capacités de financement des grands projets au niveau local et régional et de créer une offre commune de produits standardisés et spécifiques dans le domaine de l’ingénierie ;
Quant à la «banque d’investissement», elle bénéficiera d’une forte implication du CIC pour faire jouer à la BMCE Capital un rôle de plate-forme d’opérations sur le Maroc, le Maghreb, et l’Afrique subsaharienne ;
La «banque de l’international», elle, tirera un avantage grâce à une coopération des réseaux de succursales étrangères et des bureaux de représentation, dans l’objectif d’assister la clientèle respective et de canaliser l’épargne des MRE ;
Les « moyens de paiement et systèmes de règlement » ne sont pas en reste. Les deux groupes envisagent de renforcer la compétitivité de leur offre et la rentabilité de leurs outils dans les domaines de l’émission et de l’acquisition de cartes de crédit ;
La coopération dans les «activités financières» se fera à travers la mise en place des lignes de financement nécessaires pour l’accompagnement des opérations commerciales ou d’investissement de la clientèle, la promotion des investissements directs et les joint-ventures.
Dans les «domaines techniques et de la formation», les deux entités comptent promouvoir les échanges de connaissances et d’expériences techniques et professionnelles dans des secteurs spécifiques de l’activité bancaires.