Le titre pourrait baisser jusqu’à  130 DH pour se reprendre et parvenir à  150 DH

Bonne nouvelle : Addoha baisse. Depuis le 17 juin, le titre est engagé dans une phase qui a entamé son cours de 8% pour le ramener à 139,80 DH le 6 juillet dernier. Là réside toute l’opportunité. Déjà, «ce niveau de cours constitue un support sur lequel le titre a rebondi plus de deux fois», contextualisent les analystes d’Attijari Intermédiation. Mais la situation pourrait être encore plus intéressante car d’un point de vue technique, les indicateurs de tendance militent pour une poursuite de la baisse à court terme. Par conséquent, il est possible que le cours aille vers un niveau de 130 DH qui constitue un support historique.
Dès lors, la société de Bourse recommande aux investisseurs de s’intéresser au titre dès qu’il aura confirmé son rebond sur le support à 130 DH, tablant sur un retour vers les 140 DH, voire les 150 DH si une autre résistance historique du titre est franchie.
 Et encore, il ne s’agit là que d’un potentiel à court terme. Car à moyen et long terme, les analystes sont encore plus ambitieux pour le titre. BMCE Capital Bourse le recommande d’ailleurs à l’achat avec un cours cible de 174 DH, ce qui fait ressortir une décote de 24,5% par rapport au cours observé le 6 juillet. Quant à Attijari Intermédiation, sa recommandation dégage une décote de près de 21% partant d’un cours cible de 169 DH. Ces recommandations se basent sur les perspectives d’activité florissantes du promoteur immobilier. Les analystes d’Attijari lui attribuent une croissance du chiffre d’affaires de 68,1% et 25,7% coup sur coup pour 2009 et 2010, ce qui porterait le volume d’activité à plus de 10 milliards de DH cette dernière année. BMCE n’en attend pas moins puisqu’elle envisage une croissance du chiffre d’affaires de près de 89% sur la période 2008-2010. L’horizon est tout aussi rose pour les bénéfices du promoteur. Ceux-ci devraient connaître une croissance record de 112,2% en 2009 et de 30,5% à 3,2 milliards de DH en 2010, selon les pronostics d’Attijari. Quant à BMCE Capital Bourse, son bénéfice attendu pour 2010 pointe à 2,3 milliards de DH, ce qui fait ressortir une croissance de 96% sur 2 ans. Cette bonne capacité bénéficiaire impacte nécessairement les niveaux de dividende distribués. De 2008 à 2009, le dividende par action devrait passer du simple à plus du double, soit de 4,10 DH à 8,60 DH selon les anticipations d’Attijari Intermédiation. Et il ne devrait pas s’arrêter en si bon chemin puisqu’en 2010 il devrait pointer à 11,30 DH.
Tout cela étant, des facteurs de risques pèsent sur l’activité d’Addoha. Il s’agit notamment de son niveau d’endettement élevé (celui-ci s’élevait à 154,4% en 2008 contre 61,9% en 2007) mais aussi de ses multiples partenariats avec des opérateurs arabes et internationaux (Fadesa, CMKD, Gil Seaside) particulièrement exposés à la crise mondiale.