Le bénéfice net du groupe ONA double grà¢ce à  une plus-value exceptionnelle

La dilution de sa participation dans Wana sauve le premier semestre 2009 du groupe Ona. Cette opération exceptionnelle qui a généré une plus-value de 977 MDH a permis de cacher la timide progression de l’activité et le recul de la performance opérationnelle. Au final, même si Ona ne fait croître son chiffre d’affaires que de 2,6%, à 18,2 milliards de DH, et constate un recul de son résultat d’exploitation de 8,8%, à 1,1 milliard de DH sous le poids des investissements principalement, son résultat net marque une progression très appuyée de 97,1%, passant de 906 MDH à près de 1,8 milliard de DH.
Hors éléments non récurrents, l’activité du groupe connaît donc une évolution défavorable. Cela s’explique par les variations contrastées que constate Ona dans les différents secteurs dans lesquels elle opère. Au rang des bons élèves, Wana enregistre une croissance de son parc clients et une amélioration de sa marge brute. De même, Attijariwafa bank améliore ses résultats dans un contexte de forte concurrence (voir ci-haut).  
A l’opposé, l’agroalimentaire régresse en raison de la hausse des dotations aux amortissements suite au programme de modernisation industrielle de Cosumar et à la dégradation de l’activité de trituration de Lesieur Cristal. Ceci a été limité par l’amélioration des performances opérationnelles de Centrale Laitière et Bimo.
La grande distribution voit également sa croissance ralentie par l’augmentation des frais de personnel en préparation des ouvertures du second semestre. L’activité minière n’y réchappe pas non plus avec Managem, qui enregistre une dégradation de ses résultats suite au repli du cours des métaux. Une baisse néanmoins limitée par l’optimisation des prix de revient. Enfin, l’immobilier (Onapar) enregistre un recul suite à la morosité du segment touristique de luxe.
En termes de perspectives, la poursuite de l’amélioration de la productivité est désignée comme priorité pour les métiers historiques (mines et agroalimentaire). Le management d’Ona mise aussi sur le maintien d’une progression soutenue des activités autofinancées (services financiers et distribution). Enfin, la poursuite de forts investissements est ambitionnée pour les relais de croissance. De fait, le passage au GSM devrait permettre à Wana de s’aligner sur la concurrence. D’un autre côté, la diversification du porte-feuille d’Onapar vers les segments du résidentiel et du tertiaire ainsi qu’une importante réserve foncière devraient lui permettre de devenir à moyen terme un leader du marché.
Cette bonne visibilité contribuera-t-elle à stabiliser le cours du titre Ona en Bourse ? Sur les derniers mois, l’action a en effet perdu plus de 20,7%. Et sur le mois de septembre spécifiquement, l’évolution de l’action s’est faite très fluctuante pour se stabiliser, en fin de mois, à 1363 DH, cédant 1,23%.