Lafarge Maroc commente ses réalisations semestrielles

Après la publication de ses comptes en septembre dernier, le groupe Lafarge Maroc vient de s’expliquer sur l’évolution de son activité et de ses résultats au titre du premier semestre 2006. Ce dernier affiche une nette progression par rapport à la même période de 2005, laquelle a été marquée par des incidents techniques survenus sur le site de Bouskoura.
En effet, à fin juin 2006, les ventes de Lafarge se sont établies à 2 227 kt, en croissance de 14,6% par rapport à juin 2005. Cette progression est certes supérieure à celle du marché (+10,6%), mais part d’une référence 2005 en retrait par rapport au marché qui avait progressé de 3,4%. L’évolution des ventes résulte de l’augmentation de la demande sur les marchés habituels du groupe (Tanger, Tétouan et Casablanca) ainsi qu’à son redéploiement sur le marché de Marrakech.

Suite à cela, le chiffre d’affaires consolidé de Lafarge Maroc a connu une croissance de 20% pour s’établir à 1,75 milliard de dirhams. Le résultat d’exploitation du groupe a connu pour sa part une évolution moins importante, de 13%, pour s’établir à 614 millions de dirhams et ce, suite à la hausse du coût des intrants (coke et électricité), à l’impact des transferts de clinker entre les usines et à la hausse du coût de la maintenance des usines. Enfin, le résultat net consolidé du groupe ressort à 428 millions de dirhams, en progression de 20% par rapport à juin 2005.
Pour le reste de l’année et début 2007, Lafarge Maroc anticipe l’accroissement de la demande de ciment au niveau du marché et compte procéder à la modernisation et au doublement de la capacité de broyage de son usine de Tanger ville, à la mise en place d’une nouvelle ligne de cuisson sur le site de sa nouvelle cimenterie de Tétouan et à la construction d’une nouvelle usine de broyage à proximité de Tanger Med.

L’action Maroc Telecom valorisée à 147,8 dirhams par CDMC
Les analystes de la société de Bourse du Crédit du Maroc (CDMC) viennent d’émettre une recommandation à l’achat en faveur du titre Maroc Telecom et ce, avec un objectif de cours de 147,8 dirhams l’action. Ils estiment que l’opérateur dispose des moyens nécessaires pour faire face à la concurrence dans le fixe et sauvegarder sa part de marché dans le mobile, tout en maintenant une grande rentabilité et une capacité d’investissement à l’international.
Les analystes de CDMC ajoutent que la baisse récente du titre Maroc Telecom sur le marché boursier représente une opportunité d’achat intéressante, dans la mesure où les fondamentaux de l’opérateur restent globalement en bonne santé.

En effet, Maroc Telecom, présent dans tous les services de télécommunications, jouit d’une forte part de marché qu’il semble pouvoir protéger tout en préservant un niveau de rentabilité élevé. De plus, le marché est loin d’être saturé et connaît régulièrement des évolutions remarquables. Par ailleurs, la trésorerie excédentaire dont dispose l’opérateur, conjuguée à sa grande capacité d’endettement, lui permet d’envisager tout investissement créateur de valeur et d’assurer une rémunération continue de ses actionnaires.

Evolution du cours de Maroc Telecom depuis le 18 septembre

Suite à ces éléments, les analystes de CDMC valorisent Maroc Telecom à un prix de 147,8 dirhams l’action, ce qui fait ressortir un potentiel d’évolution de 22,8% par rapport à son cours du 16 octobre.