International : l’once d’or pourrait chuter à  1 000 dollars d’ici 2015

En cause, l’éloignement du risque d’une forte inflation vu les niveaux actuels des prix des matières premières.

Au regard de la conjoncture actuelle, l’once d’or pourrait chuter jusqu’à atteindre 1 000 dollars à l’horizon 2015. En cause, l’éloignement du risque d’une forte inflation vu les niveaux actuels des prix des matières premières, en l’occurrence le pétrole. De plus, l’allégement des dettes privée et publique des pays de la zone euro et des Etats-Unis, couplé à l’amélioration des perspectives économiques constituent un bon signal aux banques centrales afin de réduire leur politique d’intervention afin de soutenir les économies de leurs pays. Par ailleurs, l’annone de certains pays, à l’instar de Chypre, de céder d’importantes quantités de réserves d’or pour se désendetter joue contre un possible redressement du cours de l’or.

Même si certains opérateurs étrangers broient du noir quant aux perspectives d’évolution du métal jaune, d’autres estiment que ses fondamentaux sont bien solides et que la baisse observée n’est que conjoncturelle. Ils considèrent, en effet, que le cas chypriote est peu significatif dans la mesure où la fraction des réserves en or qui seraient cédées ne représente qu’une dizaine de tonnes dans un marché où s’échangent près de 4 400 tonnes d’or par an. D’un autre côté, les politiques des principales banques centrales consistant en des injections massives de liquidités ne pourraient qu’affaiblir leurs monnaies, ce qui serait favorable à la détention de l’or, tirant ainsi à la hausse leurs cours.

Sur un autre volet, la demande sur l’or de ces instituts d’émission ne cesse de s’accroître. A ce titre, les réserves de la FED ont triplé depuis le déclenchement de la crise et ceux de la BCE ont été multipliés par 2,6.