Focus de la semaine du 14/12/09

Après le franchissement à  la baisse de l’indice de toutes les valeurs, Masi, de la barre des 10 000 points et le recul de la capitalisation boursière en-dessous du seuil psychologique des 500 milliards de DH.

Vers une deuxième année consécutive de baisse pour la Bourse de Casablanca

Après le franchissement à la baisse de l’indice de toutes les valeurs, Masi, de la barre des 10 000 points et le recul de la capitalisation boursière en-dessous du seuil psychologique des 500 milliards de DH, des événements intervenus tous deux depuis le début de ce mois de décembre, la Bourse de Casablanca est bien partie pour réaliser sa deuxième année consécutive de baisse à deux chiffres.
Le pronostic est d’Attijari Intermédiation. La société de Bourse fait par ailleurs remarquer que, sur les deux années (2008-2009), le marché enregistre à ce jour une baisse dépassant les 20%, ce qui signifie qu’il a en grande partie purgé l’impact de l’euphorie qu’il a connue en 2007 et au 1er semestre 2008. Dans ce contexte, la place pourrait démarrer en 2010 sur des niveaux de valorisation faibles, ce qui encouragerait un bon nombre d’investisseurs à se positionner de nouveau à l’achat. De fait, les analystes recommandent de poursuivre la vente sur les valeurs aux niveaux de valorisation élevés, afin de se positionner en 2010 sur des valeurs présentant un potentiel de hausse.

Des signes de reprise à court terme pour le titre Atlanta, selon Attijari Intermédiation

Depuis la mi-2009, le titre Atlanta a perdu près de 19% de sa valeur, passant de 113,50 DH le 8 juin à 91,96 DH le 7 décembre. Mais, aujourd’hui, le titre semble avoir mis fin à son trend baissier, comme le pensent les analystes d’Attijari Intermédiation. Une reprise technique est de fait anticipée à court terme pour la valeur. Elle pourrait faire parvenir l’action au cours de 97 DH puis, en cas de franchissement de ce seuil, au prix de 101 DH.  Des indicateurs techniques l’attestent´.

La débâcle se poursuit pour le titre Addoha

Après avoir manifesté de légers signes de redressement, la valeur Addoha a refranchi à la baisse, le 1er décembre 2009, le seuil psychologique de 100 DH l’action. Par la suite, le marché n’a cessé de délaisser la valeur, ce que reflète d’ailleurs la faiblesse des flux qu’elle a drainés récemment : autour de 160 MDH contre un volume hebdomadaire moyen de 271 MDH pour l’année 2009. Cela a amené son cours à la date du 4 décembre à baisser en une seule séance de 6%, ce qui lui a valu d’être réservée à la baisse et d’enregistrer un plus bas depuis le 10 février de l’année en cours, à 89,40 DH. Indécis, le cours tourne actuellement autour de 90 DH. De ce fait, l’action s’est dépréciée en tout juste 3 semaines de 10,60%, creusant ainsi sa contre-performance depuis le début de l’année à près de 13,5%. La chute du titre depuis la mi-juin 2009 pourrait s’expliquer par «les échos négatifs qui circulent de manière persistante au sujet du promoteur immobilier», relatent les analystes de CDG Capital.

Accord prometteur pour l’industriel pharmaceutique coté, Sothema

L’autorisation décrochée il y a quelques semaines par l’industriel pharmaceutique coté, Sothema, pour exporter de l’insuline vers l’Algérie, est à prendre comme une bonne nouvelle. C’est du moins l’avis des analystes de CDG Capital qui affirment que «ce nouveau marché permettrait éventuellement à Sothema de renouer avec la croissance en terme de réalisations». Pour rappel le bénéfice de la société au 1er semestre 2009 s’est affiché en forte dégradation de 60,8%, à` 20 MDH.