Focus de la semaine du 13/12/2010

Le Taux moyen pondéré (TMP) interbancaire, qui représente le coût de l’argent au jour le jour sur le marché monétaire mais également la nouvelle référence des taux d’intérêt variables des crédits immobiliers, s’est inscrit depuis le mois de septembre sur une tendance haussière.

Le TMP interbancaire orienté à la hausse

Le Taux moyen pondéré (TMP) interbancaire, qui représente le coût de l’argent au jour le jour sur le marché monétaire mais également la nouvelle référence des taux d’intérêt variables des crédits immobiliers, s’est inscrit depuis le mois de septembre sur une tendance haussière. Calculé chaque mois par Bank Al-Maghrib, il a augmenté d’un point de base (pb) en septembre, de 5 pb en octobre et de 3 pb en novembre. Cette hausse fait suite à un mouvement baissier qui a caractérisé le début du second semestre, juste après le changement de la formule d’indexation des prêts immobiliers, et qui s’est traduit par un recul de 8 pb en juin et de 4 pb en juillet. Actuellement, le TMP interbancaire se situe à 3,30%, soit 5 pb de plus que le taux directeur de Bank Al-Maghrib. Si la tendance haussière se poursuit, les taux variables des crédits immobiliers risquent d’augmenter au cours de 2011. Notons que cette hausse intervient malgré la levée en euros du Trésor en septembre dernier qui a permis d’injecter sur le marché monétaire plus de 11 milliards de DH. Ce qui témoigne de la persistance du déficit de liquidité des établissements de crédit.

Les particuliers pèsent moins dans les transactions boursières

Le Conseil déontologique des valeurs mobilières (CDVM) vient de publier les statistiques relatives à la ventilation des transactions boursières par catégorie d’investisseurs au troisième trimestre 2010. Il en ressort tout d’abord que le volume échangé sur le marché central a enregistré une baisse de 50% par rapport au second trimestre de l’année, s’établissant à 20,2 milliards de DH. Les transactions de toutes les catégories d’investisseurs ont marqué une baisse. En revanche, le poids de chaque catégorie a varié. Ainsi, les opérations de contrepartie des sociétés de bourse, qui représentaient plus de 17% du volume au second trimestre, ne pèsent au troisième trimestre que 2,8%. En revanche, le poids des OPCVM et des personnes morales étrangères s’est renforcé, passant de 21% à 25% pour la première catégorie et de 9,3% à 15,2% pour la seconde. Les personnes physiques étrangères continuent d’influer peu sur le marché (0,8% du volume global), tandis que la part des personnes physiques marocaines est passée de 15,4% à 11,2%.
Depuis le début de l’année, le cumul du volume enregistré sur le marché central a, au contraire, enregistré une hausse de 55% par rapport à fin septembre 2009. Toutes les catégories d’investisseurs ont réalisé un volume plus important, mais à des degrés différenciés. En effet, les opérations de contreparties et celles des OPCVM se sont renforcées pour représenter 9,4% et 25,1% du total, contre 2,1% et 20,3% seulement en 2009. Au moment où les personnes morales étrangères ont réduit le niveau de leurs transactions pour ne plus peser que 11,8% (contre 16,6% un an auparavant). Le poids des personnes morales marocaines est resté, lui, au même niveau, soit 35% du volume global, tandis que celui des personnes physiques marocaines s’est réduit de 21,8% à 15,1%.

Sothema renouvelle son programme de rachat d’actions

Sothema est sur le point de renouveler son programme de rachat d’actions en vue de régulariser son cours en bourse. Le nouveau programme, qui sera mis en place après validation par l’assemblée des actionnaires, portera sur 36 000 actions, soit 2% du capital de la société, et s’étalera sur 18 mois. Le montant maximum à engager est de 48,6 MDH. Le prix minimum de vente est, lui, de 850 DH, et le prix maximum de 1 350 DH.