Des indicateurs toujours bien orientés pour BMCE Bank

Les dépôts ont progressé de 6,2% et les crédits de 4,5% n Le produit net bancaire s’est amélioré de 6% pour atteindre 6 milliards de DH. La banque a réduit son coût du risque de 32,7%, permettant au bénéfice de dépasser le milliard de DH.

Bon cru pour BMCE Bank au titre du premier semestre 2015. Le groupe a réussi à améliorer ses indicateurs d’activité en dépit d’un contexte toujours difficile. En effet, l’encours des dépôts s’est apprécié de 6,2%, à 171 milliards de DH, tandis que les prêts et créances sur la clientèle ont augmenté de 4,5% pour atteindre 162 milliards de DH. Sur le marché des particuliers locaux, les réalisations se sont soldées par une hausse des crédits de 10%, à 35 milliards de DH, portés par une progression de 9,4% des crédits à l’habitat et de 11,8% des prêts personnels. Le segment des entreprises, lui, affiche une croissance de 1,3% des crédits accordés consécutivement surtout à la hausse des crédits de trésorerie de 3,6%.

En plus de la diversification de son offre destinée à sa clientèle, la banque doit ces performances à l’extension de son réseau de distribution avec la création de 28 agences supplémentaires, portant leur nombre à 671.
Dans ces conditions, le produit net bancaire consolidé s’est établi à près de 6 milliards de DH, en hausse de 6% sur une année. Il demeure porté par la marge d’intérêt qui, avec une part avoisinant 70%, a progressé de 12%, à 4,1 milliards de DH. Pour sa part, la marge sur commissions s’est bonifiée de 9,6%, à 1 milliard de DH. Cependant, à l’instar de ses concurrentes, la banque a subi les effets de la non-récurrence des résultats exceptionnels liés au placement des titres pour son propre compte, réalisés en 2014 suite à la baisse tendancielle des taux des bons du Trésor. Ainsi, le résultat des activités de marché a été ramené à 545 MDH, marquant une chute de 32,7%.

En face, les frais de gestion du groupe se sont alourdis de 10%, à près de 3 milliards de DH. Ce qui a situé le coefficient d’exploitation à 55%, en légère hausse de 2 points. Cela dit, il reste en ligne avec l’objectif que s’est assigné la banque de l’établir à ce niveau à l’horizon 2015, sachant qu’il culminait à 60% quatre ans auparavant. Cela n’a pas empêché le résultat brut d’exploitation de croître de 1,3% pour atteindre 2,7 milliards de DH.

De même, le coût du risque s’est nettement replié grâce aux reprises sur provisions que le groupe a constatées sur BMCE Bank SA ainsi que sur la plate-forme européenne. Il a reculé de 23,5% pour se situer à 806,7 MDH. Ceci a permis, au final, de hisser le résultat net part du groupe de 18%, à 1,1 milliard de DH. Il faut noter que ce bénéfice a été réalisé grâce à la contribution de tous les secteurs d’activité. En effet, la banque au Maroc a augmenté son résultat net de 16,7%, à 509 MDH au moment où le bénéfice des activités internationales a progressé de 18,7%, à 380 MDH. Le secteur des services financiers spécialisés, lui, a porté son profit à 87 MDH (+4,8%) et celui lié à la gestion d’actifs et banque d’affaires à 61 MDH (+60,5%).