Déficit historique pour La Samir !

Descente aux enfers pour le secteur énergétique. Après un résultat net de -18,6 MDH en 2013, ce compartiment a nettement creusé ce déficit qui a atteint 2,1 milliards de DH.

Et c’est la Samir qui est à l’origine de cette dégringolade. Son résultat net part du groupe s’est enfoncé à -2,5 milliards de DH contre -402 MDH un exercice auparavant en raison notamment du recul du chiffre d’affaires de 10%, à 44,3 milliards de DH. Ce dernier a subi les effets de la chute des prix du pétrole entre juillet et décembre, passant de 110 dollars le baril à 55 dollars. Ce qui a affecté la valorisation des actifs détenus en stocks. S’ajoute à cela la baisse de 5% des volumes de ventes au Maroc en raison de la baisse significative de la demande du fuel industriel destiné à la production d’électricité. Compte tenu de cela, les marges de raffinage se sont réduites, impactant ainsi le résultat d’exploitation, qui s’est contracté à -3,2 milliards de DH (-163 MDH en 2013).

En face, Afriquia Gaz a maintenu son bénéfice au même niveau que l’exercice 2013, à 385 MDH. Tout d’abord, la société a tiré profit de l’appréciation de ses ventes de 3,1%, à 948000 tonnes métriques, pour situer son chiffre d’affaires à 4,5 milliards de DH, en légère hausse de 0,5%. Ensuite, grâce à la poursuite de sa politique de maîtrise des coûts, avec des charges d’exploitation stables à 3,9 milliards de DH, le résultat d’exploitation est ressorti en augmentation de 2%, à 527,7 MDH. Sauf que le retrait du résultat financier et non courant, respectivement de 37,6% et 22%, a grignoté quelques points du résultat final qui est tout de même ressorti en stagnation.