CIMR : des performances enviables en 2006

La valeur du portefeuille de la CIMR s’est améliorée de 43% entre décembre 2005 et fin 2006.

Pour la deuxième année consécutive, la Caisse interprofessionnelle marocaine de retraite a ouvert ses registres à la presse dans le cadre de son «CIMR Finance Day». L’objectif étant de dévoiler les résultats de la gestion financière au terme de l’exercice écoulé et de rappeler les règles qui gouvernent cette gestion. Il faut dire que la caisse a de quoi être fière puisqu’elle a vu son portefeuille s’améliorer de 43% en un an, passant de 13,2 à 18,7 milliards de dirhams entre 2005 et 2006. Une tendance qui s’est poursuivie au cours du premier trimestre 2007, permettant à ce même portefeuille de se bonifier de 2,6 milliards supplémentaires pour atteindre, à fin mars dernier, 21,3 milliards de dirhams.

Mais, malgré la forte amélioration du portefeuille, la CIMR, respectant les règles qu’elle s’est elle-même imposées, n’a extériorisé que moins de 5% de la plus-value latente. Ce qui correspond à 911 millions de dirhams ou encore à un taux de rendement de 9,5% au terme de l’exercice 2006, lui permettant d’avoir une réserve équivalant à 10 ans de résultat financier.

L’analyse des performances financières de la CIMR (voir tableau pour une vue d’ensemble) permet de démontrer le succès des choix stratégiques opérés : organisation de la gestion financière grâce à des organes de gouvernance spécifiques, audit indépendant, délégation de la gestion à travers des OPCVM dédiés sur appel d’offres, diversification des classes d’actifs… D’ailleurs, sur recommandation d’une banque d’affaires européenne mandatée par la CIMR, l’allocation stratégiques des actifs de la caisse va se diversifier davantage, permettant à la CIMR de réduire son risque de 10%, tout en augmentant l’espérance de gain de 33%. Ainsi, et en valeurs du marché, le portefeuille futur de la caisse sera composé de la manière suivante : 5% immobilier, 5% private equity (capital développement), 5% produits structurés, 42,5% actions et 42,5% obligations. Un choix qui commence déjà à se concrétiser : sans évoquer son poids sur le marché obligataire et sa présence dans le tour de table des plus importantes sociétés de la place, la CIMR figure dans le tour de table de six fonds d’investissement et est en phase d’investir dans deux autres fonds. Elle dispose aussi d’un patrimoine foncier important qu’elle pourra utiliser aussi bien pour le locatif que pour la promotion immobilière (en délégation toujours)