CGI : la forte demande a fait grimper le cours de 114% en une vingtaine de jours

Record de réservations à la hausse n Les petits porteurs refusent de vendre à moins de 2 500 DH.

C’est une première à la Bourse de Casablanca. La CGI (Compagnie générale immobilière) a pulvérisé tous les records après son introduction en Bourse. En deux semaines seulement, le cours de la valeur a plus que doublé, passant de 952 dirhams, prix retenu lors de l’offre publique de vente (OPV), à plus de 2 046 dirhams, son cours du 28 août, soit une performance de plus de 114%. Aucune valeur dans l’histoire de la place casablancaise n’a été autant de fois réservée à la hausse. En effet, entre le 10 août, date de sa première cotation, et le 28 août, la valeur a été traitée durant quatre séances seulement sur le marché central.

Qu’est-ce qui explique l’envolée exceptionnelle du cours de la CGI ? Les traders et analystes financiers de la place sont catégoriques : il n’y a pratiquement aucun vendeur sur le marché. «Contrairement aux précédentes opérations d’introduction en Bourse, où on assistait, durant la première semaine de cotation, à des ventes massives de la part des petits porteurs, ces derniers ont décidé cette fois-ci de garder leurs titres car ils savaient que le cours allait doubler en l’espace de quelques jours», explique l’un d’entre eux.

Mieux encore : un grand nombre de ces petits porteurs ont émis des ordres d’achat portant sur des centaines de titres au lendemain de la séance de première cotation de la valeur au lieu de vendre, ce qui est encore plus surprenant. «Mes clients m’ont confié qu’ils n’avaient pas l’intention de se laisser avoir comme lors de l’introduction en Bourse du groupe Addoha», affirme le directeur d’une agence bancaire. Et d’ajouter qu’«ils étaient prêts à acheter davantage de titres CGI à des cours allant jusqu’à 1 600 dirhams».

Outre les petits porteurs, les investisseurs institutionnels ont également porté le niveau de la demande et celui du cours à des niveaux faramineux. En effet, ayant été faiblement servis lors de l’OPV, les assurances, organismes de retraite et OPCVM se sont positionnés à l’achat dès la première séance de cotation et ce, avec des cours allant jusqu’à 2 000 dirhams, étant donné que ces investisseurs sont obligés de compléter la pondération de la valeur dans leurs portefeuilles. Rappelons que le taux de satisfaction de la demande des institutionnels lors de l’introduction s’est établi à 0,64%.

Ces derniers ont souscrit pour plus de 300 milliards de dirhams, correspondant à 316 millions de titres, alors que la part allouée à cette catégorie d’investisseurs était de 2 millions de titres seulement.

A 2 046 dirhams, les détenteurs des actions CGI sont toujours persuadés que le cours continuera sur sa lancée étant donné le déséquilibre flagrant entre l’offre et la demande. Des petits porteurs parlent d’un seuil psychologique de 2 500 dirhams au-dessous duquel ils ne céderont pas leurs titres.