Ce qu’ont rapporté vos placements Bourse en 2011

Plus des trois quarts des titres cotés en Bourse ont chuté.

Après avoir enregistré une hausse de plus de 5% au cours des premiers jours de l’année 2011, la Bourse de Casablanca a été gagnée par les craintes et un attentisme sans précédent des investisseurs, plombant ainsi la performance du marché. Le Masi, indice de toutes les valeurs cotées, s’est en effet inscrit dans un canal baissier qui a ramené sa variation depuis le début de l’année à -12,8%. La situation du marché n’a pas épargné le volume des transactions que les opérateurs ont qualifié d’anémique. Le marché central n’a totalisé que 40 milliards de DH, soit une nette baisse de près de 31% par rapport à fin 2010. Le volume moyen quotidien, quant à lui, est passé de 230 à 159 MDH, soit un recul de 31%. Quant à la capitalisation, elle a fondu de près de 80 milliards de DH pour s’établir à 521 milliards.
Il faut dire que l’année 2011 a été assez exceptionnelle. Le déclenchement des soulèvements populaires dans les pays de la région a déclenché la chute au début du premier semestre, poussant les investisseurs étrangers à liquider leurs positions et les locaux à déserter la place par manque de confiance. Ce manque de confiance s’est accentué avec les mouvements de protestation survenus au Maroc, et l’annonce de réformes politiques (Constitution, élections législatives anticipées) a poussé tout le monde à l’attentisme. Un contexte qui s’est poursuivi jusqu’à la fin de l’année.
Dans ces conditions, 60 valeurs sur les 76 de la cote ont vu leurs cours chuter par rapport à fin 2010. Les plus fortes baisses ont été enregistrées par Diac Salaf et HPS. Les deux valeurs ont vu leurs cours chuter respectivement de 69,4% et 53,5% depuis le début de l’année. Les grosses capitalisations n’ont pas échappé à cette tendance, avec Addoha qui fait du -32,8% et Attijariwafa bank avec -13,9% depuis le début de l’année. Cela dit, une vingtaine de valeurs ont pu tirer leur épingle du jeu. C’est le cas par exemple des minières qui ont vu leur cours passer du simple au double (+129% pour Managem et +99% pour SMI), profitant de la flambée des cours des métaux à l’international.

Risque           l Très élevé
Rentabilité    l -11,6% en moyenne, dans
une fourchette allant de -71% à plus de 130%
Fiscalité        l 15% de la plus-value. Exonéré si le total des cessions n’excède pas 30 000 dirhams en un an