Ce qu’ont rapporté vos placements Bourse au premier semestre 2014

Toujours pas de reprise de fond

Le marché actions a clôturé le premier semestre sur une note positive. Le MASI a en effet réalisé une performance de 1,23% alors qu’à la même période de l’année dernière, il affichait une baisse de 6,1%. En fait, la performance du marché avait atteint un plus haut de 5,4% au 19 mars de cette année avant de s’inscrire sur une tendance baissière puis stable jusqu’à fin juin. Il faut dire que cette hausse, qui a démarré au dernier trimestre 2013, a été renforcée par les publications des résultats des sociétés cotées au titre de l’exercice 2013, assez conformes aux prévisions des analystes, et aux annonces de dividendes. Ce qui a poussé nombre d’investisseurs à effectuer les arbitrages nécessaires entre les valeurs de croissance et les titres de rendement. Le contexte laissait donc penser une sortie définitive du cycle baissier. Mais le rebond n’était que ponctuel et la situation s’est tassée depuis, comme l’atteste d’ailleurs le niveau de liquidité du marché. La moyenne quotidienne des échanges sur le marché central s’est établie à 80,4 MDH contre 111,2 MDH une année auparavant, soit un retrait de 27,7%.

En tout cas, 49 valeurs sur les 73 cotées affichent des variations positives. Med Paper arrive en tête avec une performance de 91,3%, suivie de la SNEP avec 81,8% et Stroc Industrie avec 77,3%. En revanche, 21 valeurs ont plongé: -21% pour Rebab Company et -15,1% pour Balima.
Quoi qu’il en soit, cette période de flottement devrait se prolonger. Les analystes estiment qu’il n’existe aucune base fondamentale pour que le marché continue d’augmenter. Ils ont même revu à la baisse leurs prévisions de croissance du marché à 5% au maximum d’ici la fin de l’année, au lieu d’une performance comprise entre 5% et 10% prévue initialement.

 

Risque          l Très élevé
Rentabilité    l 1,23% en moyenne avec une fourchette allant de -21% à +91,3%
Fiscalité        l 15% de la plus-value. Exonéré si le  total des cessions n’excède pas 30 000 dirhams en un an