BMCE Capital passe les valeurs cotées au crible

Les compagnies d’assurance devraient boucler l’année sur de bonnes performances. La société de bourse recommande d’acheter les valeurs immobilières. Ciment du Maroc et LafargeHolcim, des titres à conserver dans les portefeuilles.

Après l’annonce des résultats des sociétés cotées relatifs au 1er semestre 2016, les analystes ont réajusté leurs valorisations des titres inscrits à la Bourse de Casablanca. C’est ainsi que BMCE Capital vient de publier son «Stock Guide» où elle analyse 25 principales valeurs de la place opérant dans 13 secteurs d’activité.

Maroc Telecom, un titre incontournable

Premier secteur passé au crible, celui des télécoms, représenté par Maroc Telecom. Ce dernier devrait continuer à capitaliser sur sa position de leader pour faire face à la faiblesse des prix sur le segment mobile, notamment sur le prépayé. Sur le plan international, le groupe devrait profiter cette année des retombées du redressement des nouvelles filiales africaines, dont l’impact devrait être partiellement atténué par la baisse tarifaire dans les anciens pays d’implantation. En outre, grâce à son expérience en Afrique de l’Ouest, l’opérateur pourrait se positionner à moyen terme sur les marchés lusophones et anglophones.

Compte tenu de ces éléments, les analystes de BMCE Capital tablent sur un chiffre d’affaires de 31,4 milliards de DH à fin 2016, en légère hausse de 1% par rapport à 2015, et un RNPG de 5,49 milliards de DH, en recul de 1,8%. Dans ces conditions, la valeur est à conserver dans les portefeuilles selon la société de bourse, pour un cours cible de 131 DH (contre 135,8 DH le 7 novembre).

Assurances : Wafa et Saham en vedettes

Dans le secteur des assurances, BMCE Capital a valorisé Wafa Assurance et Saham Assurance. La première ambitionne de renforcer son leadership sur toutes les branches au niveau national. Pour ce faire, elle devrait profiter des retombées de la conclusion du partenariat de distribution exclusif avec Al Barid Bank pour le développement de la bancassurance et du renforcement des synergies avec le groupe Attijariwafa bank. En parallèle, la compagnie prévoit une montée en puissance rapide à l’international dans ses 4 pays de présence actuelle, et une croissance externe notamment dans la zone CIMA.

Regain d’intérêt pour le secteur immobilier

Ainsi, les primes acquises nettes à fin 2016 devraient se bonifier de 11%, à 6,5 milliards de DH, pour un résultat net en croissance de 9%, à 871,5 MDH. Le cours cible de la compagnie  s’établit donc à 3 754,3 DH (3,8% de plus que le cours actuel), d’où une recommandation d’accumuler le titre dans les portefeuilles.

Pour sa part, Saham Assurance entend poursuivre au 2e semestre la tendance haussière à 2 chiffres constatée durant les 6 premiers mois de l’année. Elle devrait notamment bénéficier de son partenariat de distribution exclusive sur 10 ans avec Crédit du Maroc, pouvant corriger sa faible présence sur la branche Vie. En outre, la compagnie devrait profiter de sa large couverture géographique qui lui offre une longueur d’avance sur la concurrence. Les analystes tablent sur des primes acquises nettes de 3,5 milliards de DH, en hausse de 6% à fin 2016 et un résultat net de 345,8 MDH (+1,7%). La société de bourse conseille d’acheter le titre qui devrait atteindre un cours de 1 258 DH, supérieur de 18,7% par rapport au cours actuel.

S’agissant de l’immobilier, BMCE Capital recommande les 3 valeurs cotées du secteur à l’achat. Il s’agit du groupe Addoha, dont le titre devrait atteindre 47,8 DH (+27,4%). En effet, la société poursuit le déploiement de son plan Génération Cash et affiche au 3e trimestre de l’année en cours des ventes de produits finis de 9 856 unités, soit 59% des objectifs à terme ; un désendettement de 3 milliards de DH, soit un taux de réalisation de 61% ; et un gearing de 52% (contre 80% à fin 2014). Sur le plan commercial, le groupe a enregistré à fin septembre un total de compromis de vente de 15757 logements, l’équivalent d’un chiffre d’affaires sécurisé de 9,6 milliards de DH. Au niveau international, le groupe devrait livrer 1 500 unités en 2017, répartis entre le Sénégal et la Côte d’Ivoire. Compte tenu de ce qui précède, le chiffre d’affaires à fin 2016 devrait croître de 2,6%, à 7,28 milliards de DH et le résultat net de 36%, à 1,1 milliard de DH.

Alliances a également la cote auprès des analystes. En effet, le groupe commence à profiter des premières retombées de son plan de restructuration (réduction de l’endettement, baisse des frais de structure, augmentation de capital, etc.). En parallèle, le développement en Afrique se poursuit puisque le groupe a lancé plusieurs projets immobiliers et d’urbanisation notamment au Cameroun et en Côte d’Ivoire.  A la lumière de ce qui précède, le chiffre d’affaires devrait quadrupler par rapport à fin 2015, à 3,9 milliards de DH. Et le RNPG devrait s’établir à 115,9 MDH (contre -1,8 milliard de DH en 2015). Dans ces conditions, le cours devrait atteindre 151,20 DH, soit un potentiel de hausse de 68% par rapport au cours du 7 novembre.

Pour Résidences Dar Saada, les analystes maintiennent leur recommandation à l’achat du titre, qui devrait atteindre 262,40 DH (+51,6%).Une recommandation qui prend en compte notamment la stratégie de développement du groupe, axée sur l’accélération des projets en cours, la diversification à l’international, la poursuite des chantiers organisationnels et le maintien de la qualité de la réserve foncière.

Sonasid à alléger dans les portefeuilles

Le secteur du bâtiment et des matériaux de construction a également fait l’objet d’une valorisation. Notamment Ciments du Maroc dont les orientations stratégiques devraient s’articuler, entre autres, autour d’une politique de diversification des sources énergétiques pour réduire les coûts et la réalisation éventuelle de reprises sur Suez Cement Company. Au volet prévisions, le groupe devrait améliorer son chiffre d’affaires de 2,7%, à 3,8 milliards de DH, pour un RNPG en recul de 17%, à 893,2 MDH. En bourse, le titre devrait atteindre un cours de 1 272,9 DH (contre 1 280 DH au 7 novembre), les analystes recommandent ainsi de le conserver.

La même recommandation est émise pour le nouvel ensemble LafargeHolcim, dont le cours devrait s’établir à 2 241,60 DH (contre un cours de référence de 2 262 DH). Pour BMCE Capital, le groupe fusionné devrait s’appuyer sur les fortes complémentarités des deux entreprises dans le cadre de son projet d’intégration et renforcer sa stratégie de différenciation et d’innovation commerciale. Aussi, il devrait renforcer le recours aux énergies renouvelables, notamment avec le développement de l’énergie éolienne, devant permettre de réduire davantage la facture énergétique (électricité) à hauteur de 10% à 15% à moyen terme. Le nouveau mastodonte du marché devrait afficher un chiffre d’affaires de 8,3 milliards de DH (+1%) et un RNPG en hausse de 7,8% à 2,19 milliards de DH.

Enfin, Sonasid continue de subir de plein fouet la conjoncture nationale et internationale difficile. Et ce, malgré son plan stratégique s’articulant notamment autour de l’amélioration de son approvisionnement en ferraille, l’optimisation de son outil et de sa performance industrielle. Son chiffre d’affaires devrait baisser de 17%, à 2,9 milliards de DH et son résultat net devrait creuser son déficit à -83,8 MDH (contre -62,1 MDH en 2015). Son cours en bourse devrait atteindre 303,10 DH (contre un cours de référence de 289 DH). Les analystes conseillent d’alléger le titre dans les portefeuilles.

Le leader national de la distribution de gaz, Afriquia Gaz, compte maintenir sa position et conserver son rythme de croissance. Grâce notamment à l’amélioration de ses ratios de productivité et à l’intensification de ses investissements pour accroître sa capacité de stockage. Sur le plan stratégique, l’opérateur entend se développer en Afrique de l’Ouest via la filiale du groupe Akwa, nommée Akwa Africa, dont elle détient 17%. Une première opération réalisée en Mauritanie début 2015 aurait porté sur l’acquisition d’un acteur majeur dans ce pays dans l’hydrocarbure et le gaz butane. Dans ces conditions, le chiffre d’affaires devrait afficher une légère baisse de 1%, à 3,35 milliards de DH, pour un résutat net en hausse de 3%, à 431,8 MDH. Le titre devrait atteindre 2 416,50 DH, soit un potentiel de hausse de 5%. Pour sa part, Total Maroc poursuit son programme d’investissements, orienté vers la consolidation de son image de marque, en développant de nouveaux produits à forte marge (Total Excelium). En termes de prévisions, le CA du groupe devrait baisser de 11%, à 7 milliards de DH et le résultat net devrait croître à 542,1 MDH (contre 229,80DH en 2015). Compte tenu de ces éléments, le titre devrait atteindre 938,70 DH (contre un cours de référence de 1 045 DH).

Le distributeur automobile compte poursuivre l’extension de son réseau de distribution pour le porter à 100 points de vente opérationnels d’ici 2020, pour un budget d’investissements de 1 milliard de DH. En parallèle, il entend développer la distribution de la marque chinoise DONGFENG d’abord au Maroc et ensuite en Mauritanie. Toutefois, Auto Hall pourrait encore souffrir de l’absence d’une marque automobile premium dans son portefeuille ainsi que de l’atonie persistante des segments tracteurs agricoles et véhicules industriels, sur fond de mauvaise campagne agricole combinée à la mise en place de nouvelles normes sur les véhicules industriels. Dans ces conditions, les ventes devraient atteindre 5 milliards de DH (contre 4,4 milliards de DH en 2015) et le Résultat net 227,4 MDH, en hausse de 2,7%. Le cours cible s’établit à 116 DH (contre un cours boursier de 109 DH au 7/11/2016).