19 banques au Maroc contre 21 en Tunisie, 39 en Egypte et 26 en Jordanie

Même si le secteur bancaire marocain est mieux structuré que celui des pays voisins, il reste fermé et caractérisé par des barrières à  l’entrée jugées difficiles à  franchir.

Même si le secteur bancaire marocain est mieux structuré que celui des pays voisins, il reste fermé et caractérisé par des barrières à l’entrée jugées difficiles à franchir. De même, il compte un nombre d’opérateurs relativement faible avec au total 19 banques seulement.

En Jordanie par exemple, il existe 26 banques dont 13 commerciales nationales et 9 étrangères. En Algérie, ce sont 20 banques commerciales qui se partagent le marché, dominées par les banques publiques à hauteur de 99%. La Tunisie, elle, compte 21 banques dont seulement 3 publiques avec plus de 40% des actifs du secteur bancaire. Pour sa part, l’Egypte, considérée comme le plus gros marché de l’Afrique, totalise 39 banques.

Il faut dire que ces pays, notamment la Jordanie, l’Algérie et l’Egypte, ont la particularité de voir se développer d’une manière exponentielle les banques islamiques, qu’elles soient étrangères ou nationales, contrairement au Maroc où même le projet de loi tarde à voir le jour. Ainsi, on recense en Jordanie 3 banques islamiques nationales et une étrangère, 6 en Egypte, 2 en Tunisie et une en Algérie.