Une nouvelle école de kite surf à  Dakhla

Le projet est porté par Yassine Hasnaoui Amri, jeune promoteur.
2,5 MDH d’investissement.
Hébergement en pension complète sur le site, formation dispensée par des personnes qualifiées : 450 DH/j tout compris.

Une nouvelle école de kite surf ouvrira ses portes au cours des prochaines semaines dans la ville de Dakhla. Kit Rush, projet porté par Yassine Hasnaoui Amri, jeune promoteur de 30 ans, vient d’obtenir l’agrément du ministère de l’environnement pour la construction des bâtiments destinées à accueillir mordus et amateurs de ce sport nautique. Le promoteur entamera, sous peu, l’aménagement de structures légères destinées à héberger les «élèves». D’une capacité de trente places, le centre comprend également une salle de formation, une autre dédiée à la restauration ainsi que les salles de douche et d’hygiène corporelle.
Il faut signaler que, depuis quelques temps déjà, le projet était opérationnel et accueillait de manière plus ou moins régulière des étrangers qui venaient s’adonner à leur passion. Mais jusqu’à présent l’hébergement n’était pas assuré sur place, mais au sein de l’hôtel Sahara Regency de la ville, situé à une vingtaine de kilomètres du centre et ce, dans l’attente de validation de l’étude d’impact environnemental. Il faut dire que l’affaire n’a pas été de tout repos pour le promoteur qui a dû batailler pendant 2 ans, entre obtention de la concession du terrain et l’arrivée à terme du projet. L’investissement total du projet est de 2,5 MDH dont 600 000 déjà investis en frais d’étude et matériel.
Combien coûte l’initiation au kite surf ? Selon M. Hasnaoui, un stage d’une semaine revient à 300 euros en pension complète à quoi s’ajoutent les frais de formation qui, eux, nécessitent de débourser 30 euros l’heure, sachant, assure le promoteur, qu’il sont dispensés par des moniteurs qualifiés. Pour les amateurs marocains intéressés, il est possible de s’offrir un stage pour 450 DH par jour, hébergement et formation compris.  
Enfin, bien que faisant partie d’un tourisme de niche, la pratique du kite surf connaît un succès grandissant au Maroc. A Dakhla, où la lagune exceptionnelle permet de s’initier dans une eau peu profonde, le marché est estimé à 5 000 visiteurs chaque année et avec l’ouverture de Kite Rush, ce sont trois écoles qui sont dédiées à ce sport. Mais Dakhla n’est pas la seule ville sur le créneau. Agadir, Essaouira et Casablanca sont également des destinations qui connaissent un afflux de pratiquants.
Pour rappel, le kite surf est un sport de traction qui se pratique sur l’eau. Sport nautique à part entière, parfois appelé fly surf ou seulement kite (kite signifie en anglais cerf-volant), il consiste à être tracté par un cerf-volant, appelé aile, et à glisser sur une planche de surf de taille souvent réduite.