Santé : Bientôt une cité médicale dans le Souss Massa

Sept nouveaux établissements privés de santé d’une capacité totale de 900 lits au programme à moyen terme dans une zone foncière de 183 ha.

La capitale du Souss Massa est en voie de disposer d’une cité médicale intégrée. Ce sera un pôle axé sur deux secteurs : celui de la santé et celui de la recherche et formation plus une technopole. Pour le tout, une surface foncière de 339 ha dont 183 ha alloués aux nouvelles infrastructures de santé dans le nouveau centre urbain d’Agadir.
Dans cette nouvelle zone dédiée au domaine de la santé, le Centre hospitalier universitaire (CHU) en cours de réalisation sur une superficie de 30 ha, jouera un rôle de repère dans la localité. Il devrait être opérationnel en 2023. La polarisation de cet hôpital de troisième génération est confortée par la présence de l’hôpital psychiatrique construit sur une surface de 2,5 ha. En plus d’équipements publics et privés, ce pôle santé est prêt aujourd’hui à accueillir tout investissement compatible avec sa vocation première. Pour le moment, la zone compte sept projets de cliniques d’une capacité globale à venir de 900 lits au total pour un investissement consolidé de 1,25 MMDH.
Dans cette dynamique, le groupe Akdital par exemple vient de concrétiser ses investissements dans ce nouveau centre urbain. L’opérateur privé du secteur de la Santé a inauguré la semaine dernière deux nouvelles infrastructures de dernière génération. Il s’agit de l’Hôpital International d’Agadir (HIA) et un centre international d’oncologie.

Un total de 240 lits…
L’HIA comprend 220 lits d’hospitalisation et 9 blocs opératoires. Pour optimiser le parcours du patient et accélérer les processus de diagnostic et de prise en charge des malades, l’HIA comprend par ailleurs un laboratoire d’analyses médicales et un centre complet de radiologie. L’établissement dispose en outre d’un service d’urgence qui accueille les patients en état critique.
De son côté, le Centre International d’Oncologie d’Agadir (CIOA) se distingue par son service de médecine nucléaire, premier du genre dans la région. La structure est dotée d’un service d’irathérapie, de matériel d’imagerie diagnostique tel un Pet scan, ainsi qu’un équipement de scintigraphie. Il dispose en termes de capacité de 18 fauteuils de chimiothérapie, 20 lits d’hospitalisation et 2 bunkers pour la radiothérapie. L’ensemble de ces unités de soins réalisées sur 15 000 m² à Agadir par le groupe privé comptera au total 250 collaborateurs et une centaine de médecins exerçant dans diverses spécialités. Le projet a mobilisé un investissement de 240 MDH, il permet aujourd’hui dans la région une meilleure accessibilité aux soins dignes des plus hauts standards internationaux.

 

 

Un projet en préparation en gériatrie

Dans la région, le groupe prépare aujourd’hui un autre projet. Il s’agit de l’aménagement d’une clinique de gériatrie et un établissement pour personnes âgées dépendantes. Le projet prévu au nord d’Agadir dans la commune d’Aourir nécessitera un investissement de 200 MDH. Il devrait générer un nombre de 400 emplois au total. Pour l’heure, le dossier est au stade des autorisations urbanistiques. Les populations ciblées par ce projet sont les seniors marocains dépendant soufrant d’Alzheimer ou notamment de démence sénile. Il est aussi visé l’accueil des seniors étrangers dépendants ou autonomes, précise les maîtres du projet. Ce complexe de santé devrait donc à terme répondre à un besoin grandissant au Maroc.