Le Maghreb compte 100 millions d’habitants en 2018

Cette population est essentiellement concentrée en Algérie et au Maroc, avec respectivement 42,1% et 35,3%, la Tunisie vient loin derrière avec 11,7%, suivie de la Libye (6,5%) et de la Mauritanie (4,5%), selon le dernier numéro des «Cahiers du Plan» publié par le Haut Commissariat au Plan (HCP).

La population du Maghreb est estimée à près de 100 millions d’habitants, soit environ 1,3% de la population mondiale et 7,8% de celle de l’Afrique. Elle est essentiellement concentrée en Algérie et au Maroc avec respectivement 42,1 et 35,3%. C’est ce qui ressort du dernier numéro des «Cahiers du Plan» publié par le Haut Commissariat au Plan (HCP).

Selon l’étude intitulée « Démographique maghrébine: Situation et perspective », les taux moyen d’accroissement démographique du Maroc, de la Tunisie, de la Libye et de l’Algérie, estimés respectivement à 1,06% , 1,10%, 1,4 % et 1,7 % pour l’année 2018, dénotent un alignement rapide du comportement reproductif des populations de ces pays sur celui des pays occidentaux et asiatiques plus développés.

La Mauritanie affiche, de son côté, un taux de 2,8% en raison d’une fécondité encore assez élevée et de l’inertie démographique inscrite dans sa pyramide des âges.

Ces rythmes de l’évolution démographique, qui expriment une maîtrise relative de la croissance des populations dans les trois pays du Maghreb central, n’excluent pas la persistance d’une pression démographique, souligne la même source.

Même avec un taux d’accroissement annuel moins fort de 1,06 %, le Maroc connaîtra annuellement la naissance d’une ville moyenne de plus de 300 000 habitants.

« Autrement dit, dans les années à venir, le Maghreb sera plus peuplé, et les besoins actuels, toutes choses égales par ailleurs en termes d’éducation, de santé, d’emploi, de logement, d’énergie, d’eau, d’infrastructures physiques et sociales, continueront à peser plus lourdement », relève l’étude qui analyse la dynamique démographique des pays du Maghreb et les divers changements l’ayant affectée de 1980 à 2018 ainsi que leur impact sur les situations économiques et sociales.

L’étude met également en exergue les effets de la transition démographique au Maghreb avec son corollaire la tendance à la baisse des effectifs de la population.

(Avec MAP)