Enseignement : Avis d’Ahmed Assid, Ecrivain et militant associatif

« Il faut appeler à  des Assises nationales sur la question de l’enseignement ».

La première priorité à mon sens est d’améliorer les infrastructures scolaires dans le monde rural, il y a des écoles et des salles où il est impossible de dispenser des cours, vu leur état de délabrement et leur inconfort. La moitié de la population marocaine vit dans le monde rural, il serait inadmissible de continuer à ignorer ses enfants, ils sont des Marocains comme les autres et ont droit à être scolarisés, et dans des conditions humaines et attractives. Il est temps, en deuxième lieu, que le MEN dynamise l’Observatoire des valeurs créé depuis plusieurs années mais qui n’a jamais fonctionné. Cet observatoire devra s’atteler à une mission urgente : purger les programmes scolaires de cette schizophrénie entre ce qu’on enseigne à nos enfants et les valeurs auxquelles adhère le Maroc : celles des droits de l’homme, de l’égalité et de la démocratie…Il faut que nos programmes scolaires y soient conformes, et se conforment aussi à la nouvelle Constitution. L’enseignement doit être un chantier loin des appartenances politiques et idéologiques des gouvernements qui se succèdent, en un mot l’enseignement doit être un chantier national par excellence, imperméable à la gestion tactique du moment. Enfin, la Charte d’éducation et de formation est dépassée sur nombre de points, dont celui de l’enseignement de la langue amazighe pour ne citer que cet exemple. Il est temps d’appeler à des Assises nationales sur la question de l’enseignement auxquelles doivent participer tous les acteurs.