Des jardins du prince Moulay Mamoun

La Mamounia tient son nom des jardins qui l’entourent et que l’on appelait jadis «Arset El Mamoun». Vieux de deux siècles, ces jardins, qu’on qualifie plus souvent de parc, ont une histoire.

La Mamounia tient son nom des jardins qui l’entourent et que l’on appelait jadis «Arset El Mamoun». Vieux de deux siècles, ces jardins, qu’on qualifie plus souvent de parc, ont une histoire. Ce parc appartenait au prince Moulay Mamoun, le quatrième fils du sultan Sidi Mohamed Ben Abdellah, qui régna au XVIIIe siècle. Il était de coutume pour le sultan d’offrir à ses fils, comme cadeau de mariage, une maison et un jardin à l’extérieur de la kasbah. En guise de cadeau de mariage, Moulay Mamoun reçut ce parc, qui, depuis, garda son nom. On raconte que le prince y donnait à l’époque d’extraordinaires fêtes champêtres. La magnificence de ce jardin enchante les hôtes qui le visitent aujourd’hui, aussi bien par sa taille (7 hectares) que pour sa flore si particulière.
Conçue en 1922 par les architectes Prost et Marchisio, La Mamounia est parvenue à mettre en harmonie la tradition architecturale marocaine avec le tout-dernier design du style art deco. L’hôtel avait à l’origine cent chambres, puis fut agrandi en 1946, 1950 et 1953 pour aboutir à 200 chambres.
«C’est un des lieux les plus beaux du monde». C’est ainsi que s’exprima Winston Churchill lorsqu’il en parla à Franklin Roosevelt, en 1943. Le premier ministre avait convaincu le président de visiter sa trouvaille de prédilection après la conférence de Casablanca.
Il fit cette remarque alors qu’ils admiraient le magnifique coucher de soleil pour lequel la ville ocre était connue, un coucher de soleil qui teintait les cols des montagnes de l’Atlas pointant à l’horizon en rouge velours. Ces images incitèrent Churchill à prendre ses pinceaux et se mettre à l’ouvrage. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il ne trouva le moment de peindre qu’un seul tableau et cela, lors d’un séjour à Marrakech. Il choisit de loger dans le palace La Mamounia pour la vue qu’on y avait du toit qui y était incomparablement «lovely».
En 1986, un vaste programme de rénovation fut mis en œuvre pour donner au palace le nouveau visage qu’il a aujourd’hui. L’entrée fut agrandie, incorporant des éléments traditionnels de l’architecture marocaine, avec des colonnes, des arcades et de larges panneaux de portes en bois peint. Le porche, qui date de 1920, est resté intact et ouvre sur le salon d’honneur typique de ces années. Le salon reste également identique, à l’exception d’une large cheminée construite lors de la rénovation et qui accentue son caractère cérémonieux. Aujourd’hui, cette entrée est uniquement utilisée pour recevoir des invités d’honneur. En 2000 et 2001 toutes les chambres de l’hôtel ont été redécorées