Casablanca : la police administrative est enfin en marche

Ce jeudi 4 juillet, au siège de la Wilaya de Casablanca-Settat, le coup d’envoi de la généralisation de la police administrative sur le tout Casablanca a été donné. Une généralisation, qui intervient après une expérience au niveau de 5 arrondissements.

Ce jeudi 4 juillet 2019, au siège de la Wilaya de Casablanca, la généralisation de la police administrative sur les 16 arrondissements de la ville, a été officialisée. Said Ahmidouch, Wali de Casablanca-Settat a insisté sur la nécessité d’“atteindre les objectifs sur le terrain”.

Selon le Wali, “la réussite de la police administrative ne sera pas en fonction du nombre des procès-verbaux, mais, surtout, de leur issue”. 

Pour sa part, Abdelaziz El Omari, président du conseil de la commune de Casablanca a précisé que “l’objectif est de faire respecter la loi. En particulier par le biais de la sensibilisation”. Il a également appelé les contrôleurs de la police administrative à « respecter le cadre juridique de leur mission”, et ne pas empiéter sur d’autres domaines qui ne relèvent pas de leurs compétences. En effet, les domaines de compétences des contrôleurs de la police administrative sont précis : la santé publique, la propreté et le domaine public. 

Budget: 13 millions de DH

Intervenant également à cette occasion, Mohamed Maaroufi, DG de Casa Prestation, la SDL à laquelle est rattachée la police administrative de Casablanca, a fait savoir que “la généralisation intervient après une expérience de 6 mois au niveau de 6 arrondissements”. Il s’agit de Moulay R’chid (8 contrôleurs) , Sidi Othmane (9), Anfa (9) , Sidi Belyout (11) et Maarif (6).  

Dans le cadre de la généralisation, le nombre des contrôleurs sera porté à 109, dont 20 femmes. Ces contrôleurs seront dispatchés sur les 16 arrondissements que compte la capitale économique. Au niveau de chaque arrondissement sera active une équipe de 6 contrôleurs et un superviseur. Le nombre des superviseurs est de 16. Outre les contrôleurs et superviseurs, 18 personnes composent son staff administratif. 

Ces équipes disposeront de moyens logistiques  et équipements suivants : 52 voitures de service, 3 motos, deux tenues par personne, une tablette, entre autres. Selon Abdelaziz El Omari, le président du conseil de la ville, la mise en place de la police administrative a nécessité un investissement de 13 millions de DH. 

Selon le DG de Casa Prestation, les équipes de la police administrative oeuvreront selon des programmes hebdomadaires et seront amenés à rédiger des PV qui seront ensuite traités et adressés aux présidents des arrondissements pour prendre les mesures nécessaires. 

Précisons que les membres de la police administrative sont assermentés. Ils ont également, selon Mohamed Maaroufi, bénéficié d’une formation dans plusieurs modules : le cadre légal de la police administrative, les bonnes pratiques, la communication, informatique, le cadre légal de la santé publique…

Ci-dessous les premières images du lancement de ce nouveau service public.