Prothèse pénienne, incontinence urinaire chez les personnes à¢gées et infertilité masculine

Chez une personne de plus de 50 ans, toucher rectal et dosage de la PSA sont des examens indispensables pour un diagnostic précoce du cancer de la prostate.

L’hypertrophie de la prostate, bénigne ou maligne, constitue la première cause des troubles mictionnels chez le sujet âgé. Un bilan pour confirmer le diagnostic est obligatoire. Il se base sur des arguments d’orientation qui sont essentiellement d’ordre clinique. Le toucher rectal a une place privilégiée. Le dosage de l’antigène prostatique spécifique (PSA) est aussi le premier examen à réaliser chez un patient de plus de 50 ans ayant des troubles mictionnels. Ce sont quelques éléments indispensables pour faire un diagnostic précoce des principales pathologies de l’appareil urinaire, lance le Pr Abdennabi Joual, président de l’Association marocaine d’urologie, à la veille de son meeting international, qui se déroulera à Rabat les 13, 14 et 15 mai.  Sur un autre volet, il est à préciser que 40% d’hommes ont recours à une prothèse du pénis, suite à des complications de diabète, du cancer ou en post traitement d’une pathologie de la prostate qui a conduit à des troubles d’érection, ne répondant pas aux traitements médicaux. Quels types de prothèses péniennes sont disponibles au Maroc ? Combien dure une opération de pose d’une prothèse et à quel coût ? Reprend-on une vie sexuelle satisfaisante après la pose d’une prothèse ? Ce sont autant de questions auxquelles des réponses seront apportées lors de ce congrès baptisé AMU Annuel meeting 2010. Ce rendez-vous annuel de l’urologie marocaine se distinguera cette année par des démonstrations opératoires réalisées par des experts de renommée mondiale, indique le Pr Joual. Le programme scientifique comporte également trois tables rondes, une relative aux troubles du bas appareil urinaire, les deux autres traitent des cancers de la prostate et de la vessie. Deux grandes mises au point scientifiques concerneront les aspects techniques de l’urètroplastie (remplacement de l’urètre) et du bénéfice carcinologique du curage ganglionnaire lors des cancers urologiques. Deux cours seront dispensés, un sur l’infertilité masculine et le second sur l’incontinence urinaire. Plusieurs experts du prestigieux centre new-yorkais de cancérologie (SKCC) se joindront aux experts venus du Canada, d’Europe et du Moyen-Orient, pour animer ce meeting annuel de l’urologie marocaine. Les actualités en matière de prothèse pénienne, de sphincter artificiel, d’imagerie du cancer de prostate et du laser en urologie seront, entre autres, débattues. Une conférence très attendue lors de l’inauguration, celle se rapportant à l’histoire de l’urologie dans le monde musulman sera donnée par le Pr Adel Adyel, président de l’Association arabe d’urologie. Il est à préciser que le vieillissement physiologique de l’appareil vésico-sphinctérien conduit à une diminution de la contractilité vésicale aggravée par la carence hormonale chez la femme. Il cause chez les deux sexes l’apparition de troubles mictionnels dits «irritatifs».
Mais il est nécessaire de rechercher une obstruction urétrale comme une hypertrophie bénigne de la prostate chez l’homme et un prolapsus chez la femme. Il est important de différencier ce qui relève du vieillissement physiologique de ce qui est causé par un vieillissement pathologique. Une pathologie associée, notamment neurologique et cardiaque, où l’effet secondaire de certains médicaments doivent également être recherchés. Ils peuvent aggraver et démasquer les troubles liés au vieillissement. L’incontinence par impériosité est certainement le symptôme le plus fréquent motivant une consultation en urologie.