Officines : Le secteur progresse de manière stable malgré tout !

Pharmacie

Les pharmaciens n’ont pas cessé de le répéter : la baisse des médicaments, ayant concerné 2 600 médicaments sur 6500, n’a pas eu l’effet escompté, à savoir permettre une augmentation des ventes.

Cela a été récemment annoncé lors de l’édition 2020 d’Officine Expo, organisée à Marrakech les 28 et 29 février dernier. Ce que les pharmaciens déplorent précisément est que le chiffre d’affaires du marché du médicament ne dépasse pas 12 milliards de dirhams, dont 3 milliards d’achat du secteur public et 9 milliards pour le privé. En terme de consommation, la moyenne annuelle par habitant est d’environ 400 DH, bien en deçà de la moyenne dans les pays développés. Ce n’est pas le seul chiffre dont les pharmaciens sont mécontents. Même le nombre de 12000 officines au Maroc ne leur plaît guère, prétextant, selon la communication officielle d’Officine Expo 2020, que ce nombre doit varier entre 5 000 et 6 000 seulement. Cela étant dit, l’évolution des ventes du marché pharmaceutique au Maroc indique une croissance stable depuis 2015, tirées par la production des génériques (60%). Entre 2010 et 2019, ces ventes sont passées de 10,1 à 11 milliards de dirhams. En 2015, elles étaient de l’ordre de 8,9 milliards. Le secteur se porte donc bien et les chiffres le disent en tout cas. Le mécontentement des pharmaciens est-il légitime, eu égard à la performance du secteur ? Une réponse affirmative est difficile à considérer. De toutes les manières, leurs doléances sont les mêmes. Cela concerne le nombre de faillites dans le secteur (3500 pharmacies), le marché noir et la baisse inéluctable des médicaments. Si tout cela n’empêche pas une évolution relativement positive des ventes, c’est que le tableau n’est pas aussi noir !