Notification de 2 969 effets indésirables des produits de santé en 2008

Une centaine de notifications par million d’habitants avec une moyenne mensuelle de 247 cas
Parmi les 2969 incidents déclarés en 2008, 1 474 ont concerné les effets indésirables (EI) des médicaments et des produits cosmétiques ainsi que les produits de la pharmacopée traditionnelle marocaine.

Depuis sa création en 1989, le nombre total des notifications liées à l’utilisation des produits de santé, reçues par le Centre national de pharmacovigilance (CNPV), a atteint  19 174, avec une augmentation continue d’année en année. En 2008, 2 969 déclarations ont été recueillies soit 100 notifications par million d’habitants avec une moyenne mensuelle de 247 cas. Parmi les 2 969 incidents déclarés en 2008, 1 474 ont concerné les effets indésirables (EI) des médicaments et des produits cosmétiques ainsi que les produits de la pharmacopée traditionnelle marocaine (PPTM) représentés essentiellement par les plantes ; 909 déclarations en rapport avec les erreurs médicamenteuses (EM) et 586 sont des demandes d’informations (DI). Les médecins des secteurs public, privé et ceux des CHU représentent les principaux professionnels de santé qui notifient les EI avec 83% des cas, suivis du public (6,4%), des pharmaciens (4,7%) et de l’industrie pharmaceutique (3,4%). Cette année a été également marquée par une nette participation des médecins du secteur privé (9 fois plus qu’en 2007) et de la CNSS (5 fois plus qu’en 2007). Les médicaments représentent (58%) des cas notifiés, les vaccins (15,3%), les produits de la pharmacopée traditionnelle (7,9 %), les médicaments prescrits au cours de la grossesse (1,2 %) et les produits cosmétiques (17,5%). Parmi les 1 862 observations d’EI, 367 cas ont été évalués comme étant graves avec 16 décès, 23 mises en jeu du pronostic vital, 313 hospitalisations ou prolongations d’hospitalisation, 14 séquelles et une seule malformation congénitale. Sur l’ensemble des notifications, l’évolution des EI était favorable dans 76% des cas. Dans 4,8 % des cas, l’imputabilité a un score «Certain», «Probable» dans 42,5 % des cas, 50% sont classés «Possible» et 2,4 % sont considérés comme «Improbable». Les EM représentent 30,5 % de l’ensemble des déclarations liées aux produits de santé. Plus de 90% de ces erreurs ont survenu lors de la prescription. La classe thérapeutique la plus incriminée est celle des antibactériens utilisés par voie systémique. Les EM symptomatiques représentent 11,5 % des cas. 36,5% des demandes d’informations (DI) ont porté sur les modalités de prescription, les précautions d’emploi et la prescription chez la femme enceinte. Dans 13,5 % des cas, elles ont concerné l’usage sécuritaire des plantes médicinales.
Pour signaler des effets indésirables ou pour toute demande d’information sur les produits de santé, tout professionnel de la santé peut communiquer avec le Centre marocain de pharmacovigilance (CMPV).

Tél : 081 000 180
Fax : 037 777 179.