L’inspection des pharmacies d’officine prévue pour 2010

Référentiels juridiques, procédures et suites administratives des missions d’inspection des pharmacies ainsi que la gestion des médicaments stupéfiants et psychotropes à  l’horizon 2010.

Le médicament et la pharmacie dans le plan d’action 2008-2012 ; le cadre normatif des pharmacies hospitalières ; les médicaments et les dispositifs médicaux vitaux ; les médicaments onéreux ; les modalités d’estimation des besoins en produits pharmaceutiques ; l’informatisation des pharmacies hospitalières ainsi que les modalités de mise en œuvre des pratiques d’inspection de la pharmacie d’officine dans les différentes régions du Maroc, ont constitué les thèmes principaux de la première journée de la pharmacie hospitalière, organisée le 19 février 2009 par la direction du médicament et de pharmacie du ministère de la santé. Cette formation, qui s’inscrit dans la stratégie du ministère de la santé, notamment son plan d’action 2008-2012,  a pour principal objectif d’assurer la qualité des produits pharmaceutiques, et ce, par le développement de l’aptitude, des compétences et l’harmonisation des pratiques d’inspection de la pharmacie d’officine dans les régions,  prévue pour les années 2009-2010. Durant cette journée, on s’est attaqué aussi bien à la partie juridique et réglementaire qu’à la partie technique et méthodologique de l’inspection de la pharmacie d’officine. Les référentiels juridiques utilisés dans l’inspection des pharmacies d’officine, la gestion des médicaments stupéfiants et psychotropes, les modalités d’inspection d’une pharmacie d’officine ainsi que la programmation, l’organisation et les suites administratives des missions d’inspection des officines, étaient au centre des travaux de cette première journée sur la pharmacie hospitalière, qui a été suivie par 130 pharmaciens du ministère de la santé, dont 85% sont affectés au niveau régional.  Les principales recommandations visent l’établissement d’un statut particulier pour les pharmaciens inspecteurs à l’instar des autres organes de contrôle, l’édiction du texte réglementaire portant réforme de l’organisation et des attributions des services déconcentrés du ministère de la santé, la refonte du dahir de 1922 relatif aux substances vénéneuses, qui est devenu obsolète et anachronique, l’élaboration d’un guide pratique sur l’inspection de la pharmacie en conformité avec les dispositions légales, la mise en place d’une organisation adaptée tant au niveau régional que central de l’inspection de la pharmacie, la facilitation de la tâche des pharmaciens inspecteurs par leur hiérarchie ainsi que l’affectation des moyens humains et logistiques nécessaires pour mener à bien ces missions. Par ailleurs, ces recommandations insistent sur l’importance de tisser des rapports de communication et de coordination entre le ministère de la santé et le ministère de la justice, la mise en place d’une formation périodique et régulière entre la direction du médicament et de la pharmacie et les régions, l’intégration d’un module juridique voire d’inspection dans le cursus des études pharmaceutiques, l’établissement de procédures claires et simplifiées pour la destruction des stupéfiants périmés et surtout développer les contacts avec les pharmaciens d’officine dans les régions pour les sensibiliser à l’intérêt et au déroulement des inspections.