La violence dans les milieux de soins en débat

50% des professionnels de la santé ont été un jour victimes de violence physique
ou psychologique

Celle-ci est favorisée par les mauvaises conditions de travail.

A quand le respect des droits humains et la fin de la violence en milieu de soins ? C’est pour étudier cette problématique que la section marocaine d’Amnesty International a organisé, samedi 29 mars, une journée de réflexion à  Rabat. Principaux axes de celle-ci : la relation entre environnement de travail et développement pérenne ; hygiène et sécurité du travail ; environnement du travail et droits humains.

Le choix du thème est parti du constat que les espaces de santé au Maroc, hôpitaux et formations de soins de santé de base, connaissent des tensions, voire des actes de violence. Cela est dû à  une double insatisfaction. Celle des professionnels de santé évoluant dans de mauvaises conditions de travail et celle des patients souffrant d’une qualité de service souvent défaillante. D’ailleurs, une étude récente réalisée avec la participation de l’Organisation mondiale de la santé, de l’Organisation internationale du travail, du Conseil international des infirmières, et de l’Internationale des services publics, a reconnu que la violence dans les établissements de soins est un problème sérieux dans de nombreux pays. L’étude a montré que plus de 50% des professionnels de santé interrogés ont été, au moins une fois, victimes de violence physique ou psychologique. En Afrique du Sud, la proportion atteint 61% et en Thaà¯lande 54%. Au Portugal, 60% des personnes interrogées travaillant dans un grand centre de santé urbain ont indiqué avoir été victimes d’au moins un acte de violence dans les 12 derniers mois, 37% en Bulgarie et 41% au Liban. Les études confirment donc que le phénomène est universel, même si les caractéristiques locales sont très variées.

Il est donc urgent d’intervenir, notamment par des mesures préventives, pour enrayer un phénomène qui est à  l’origine de la détérioration de la qualité des soin dans le secteur public de la santé au Maroc. Cette journée d’étude s’est donc fixé comme objectif l’analyse de l’environnement de travail des professionnels de la santé, l’identification des différents facteurs en interaction, l’appréciation des répercussions des conditions de travail sur la santé du corps médical, les répercussions sur le temps de présence effective, ainsi que l’évaluation du coût global de ces violences et surtout la détermination de pistes potentielles pour y remédier.

Les travaux de cette journée d’étude sur le respect des droits humains en milieu de soins a intéressé les professionnels de la santé, les associations des droits humains, les associations de la santé ainsi que les ministères de tutelle. Trois ateliers se sont par ailleurs déroulés, portant respectivement sur les pistes d’amélioration pour limiter la violence, les droits et devoirs des professionnels de la santé, et, enfin, le rôle des professionnels de la santé dans la promotion des droits humains.