La pollution et le tabac, sources de maladies respiratoires

Un tiers des Marocains, principalement à Casablanca, consulte pour des problèmes liés à l’appareil respiratoire à cause de la pollution.
Ces malades sont exposés au cancer du poumon et aux allergies respiratoires.

Les habitants de Casablanca sont très exposés aux maladies respiratoires à cause de l’altération de l’air, affirme le Pr Zoubida Bouayad, pneumologue et présidente de l’Association SOS tuberculose et maladies respiratoires. Un tiers des Marocains consultent pour des problèmes liés à l’appareil respiratoire. A cause de la pollution grandissante, les Casablancais sont exposés à deux maladies très graves : le cancer du poumon et les allergies respiratoires. En effet, toujours selon les chiffres de SOS Tuberculose, 20% des Marocains atteints de la première maladie se trouvent à Casablanca, et 16% des asthmatiques marocains sont des résidents de la métropole. «Cette situation finira par s’aggraver si les sources de gaz toxiques ne sont pas maîtrisées», précise le Pr Bouayad. Les gaz toxiques, comme le dioxyde de soufre, les oxydes d’azote et les composés organiques volatils produits par les hydrocarbures, cancérigènes, restent en suspens dans l’air et sont continuellement inhalés. Les fumeurs sont par ailleurs plus sensibles à ces substances polluantes et mortelles, leur appareil respiratoire étant déjà endommagé par le tabac. Sur un autre registre, la broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) touche 1,2 million de Marocains, soit environ 4 % de la population. Cette maladie reste sous- diagnostiquée et sous-traitée, car 2 malades sur 3 atteints de la BPCO ne le savent pas. Cette maladie peut être évitée dès lors que son principal facteur étiologique est identifié, en l’occurrence le tabac. C’est ce qui a poussé l’Association franco-marocaine de pathologie thoracique (AFMAPATH), en partenariat avec l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH), à organiser la première campagne nationale de sensibilisation, de prévention et de dépistage des maladies respiratoires chroniques obstructives. Cette campagne, initiée sous le thème «Essoufflé mais pas abandonné», a débuté le 24 décembre. «Le but de cette campagne est de sensibiliser le personnel de la santé, les médias et le grand public sur la prévention de cette maladie», affirme Mohamed El Ibrahimi, président de l’AFMAPATH. Cette campagne se déroulera sous forme de caravanes qui sillonneront tout le Royaume. La première aura lieu dans la préfecture de Casa-Anfa, avec des consultations-dépistages au centre de santé El Hank.